[Vidéo] Tourisme: Le dîner chez l’habitant devient tendance !


Deux années après son lancement par Boomerang/NG Travel, Kappa Club ouvre une nouvelle page de son histoire. Si le séjour en hôtellerie 4-5 étoiles avec un maximum de services et de relationnel demeure toujours la base essentielle de son concept, la volonté est désormais d’augmenter les propositions culturelles durant le séjour.




Philippe Sangouard, directeur général de Boomerang/NG Travel, l’explique:

Nous sommes plus que jamais un club de voyage. Et non, de vacances. La découverte de la destination et les sorties culturelles sont pour nous un axe de différenciation important. Nous comptons bien les développer.

Concrètement, pour les clients, cela se traduit par la possibilité de participer à des cours de cuisine, de langue ou de préparation de cocktails. Ou, de partir randonner, visiter un marché ou déguster des fruits ou des oursins. En petits groupes de dix à vingt participants, les vacanciers partent accompagnés de leur animateur mauricien. Pour ces « instants Kappa », ils vont sur le marché de Flacq, voir un temple hindou, randonner ou se balader jusqu’au lagon. Ils peuvent aussi apprendre quelques mots de créole ou s’initier à la réalisation de cocktails ou encore au pliage de samosas…

Lancé depuis peu, le dîner chez l’habitant « plaît beaucoup ». « C’est même notre activité phare », indique Julie Païva, responsable du Kappa Club Maurice. A quelques minutes en voiture de l’hôtel Maritim Crystals, Mirella et ses neufs filles, plus quelques gendres et même parfois un de ses petits-enfants, reçoivent des clients Kappa.

Sous un barnum planté dans le jardin, une grande table attend les clients Kappa qui passent d’abord par « la Route du Rhum ». « On peut la prendre en montant, en descendant ou en zigzagant », explique Mirella devant une trentaine de bouteilles de rhum arrangé à divers parfums (vanille, café, combava, passion…).

Le dîner de spécialités mauriciennes suit. On déguste du carry, des légumes locaux (lalos, brèdes, giraumon…) mijotés, du satini pommes d’amour, des faratas, etc. Tout en échangeant avec Mirella et ses filles sur la vie à Maurice. Philippe Sangouard précise:

Nous avons des retours très positifs des clients sur cette animation. Elle correspond parfaitement à notre concept.

Pouvoir proposer facilement des animations culturelles est un critère essentiel de Kappa Club. La situation géographique de l’établissement est donc déterminante. Comme la maîtrise du prix… Pas question pour les deux marques de faire flamber les tarifs des séjours. Ni de faire du mass market. Philippe Sangouard explique:

Ce n’est pas notre positionnement. Pour Kappa Club, par exemple, on préfère avoir un second club sur une destination que de prendre 200 chambres dans un hôtel.

C’est pour cette raison que la marque proposera dès l’hiver prochain un second établissement à l’île Maurice.

Le tout premier Kappa Club a ouvert à l’île Maurice en février 2013 dans l’hôtel La Plantation. Depuis novembre 2014, il est installé au Maritim Crystals. Pour l’hiver prochain, Kappa aura donc une nouvelle adresses à Maurice : le Solana Beach avec un nouveau concept « adult only », toujours à Belle-Mare.

Loading...

Source: Le Quotidien du Tourisme