[Vidéo] Menaces: La directrice de Pelangi Resorts passe à l'offensive

You can also highlight the text to listen to it.

La directrice du projet hôtelier Pelangi Resorts aurait reçu des messages menaçants. Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL), mis en cause, réfute ces allégations. Qui dit vrai ?




Capture d’écran de la vidéo d’AKNL qui circule sur les réseaux sociaux, montrant des échanges entre Yan Hookoomsing et les promoteurs du projet hôtelier.

Miranda Hartzenberg, directrice de Pelangi Hotel and Resorts St-Felix, affirme avoir reçu des messages menaçants sur son téléphone. Elle met en cause le collectif Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL) avec lequel elle a eu un accrochage à Pomponette:

Loading...
AKNL - Pomponette Clash

Posted by Aret Kokin Nu Laplaz on Saturday, July 1, 2017

Miranda Hartzenberg s’est rendue aux Casernes centrales, hier, en compagnie de son avocate, Me Nadiah Ramsamy. Elles y ont rencontré des membres de la Cybercrime Unit, afin de décider de la marche à suivre. Toutefois, aucune plainte n’a été enregistrée.

La ressortissante sud-africaine voulait aussi rencontrer le commissaire de police. Elle devait lui remettre des enregistrements et d’autres preuves de ces menaces à son égard. Elle se dit découragée:

Je suis très perturbée par ce que je subis ici. Je n’ai rien fait d’illégal, tous mes papiers sont en règle. Je ne comprends pas pourquoi on me harcèle. Je n’aurais jamais investi ici si je savais ce que j’allais subir.

Du côté d'AKNL, Yan Hookoomsing nie et réfute ces allégations. Pour lui, il s’agit de mensonges et de fabrications de la part des promoteurs afin de salir la réputation du collectif citoyen:

Nous n’avons jamais proféré de menaces ni ne le ferons. Au contraire, sur la vidéo, le public peut juger de lui-même qui profère des menaces à l’encontre de qui.

Pour rappel, c’est suite à un avis en date du 24 août dernier, publié dans la presse, que le ministre du Logement et des terres, Showkutally Soodhun, a déclassifié une partie de la plage publique de Pomponette. Cela, au profit de Clear Ocean Hotel and Resort Limited, promoteur du projet hôtelier.

Sur le site web de la Beach Authority, il n’y a que 45 kilomètres de plage qui sont décrétés plages publiques. Dedans sont aussi comprises les falaises, comme celle de Gris-Gris. Ce qui revient à environ quatre centimètres de plage publique pour chaque Mauricien.