UTM. Abus de pouvoir : L'ex-Registrar Sanjiv Babooa demande des travaux communautaires

You can also highlight the text to listen to it.

Il connaîtra sa sentence le jeudi 19 avril.




Sanjiv Babooa (à dr.) et son avocat.

La plaidoirie pour des travaux communautaires, en faveur du Dr Sanjiv Babooa, ancien Registrar de l’université de Technologie (UTM), a eu lieu hier, mercredi 11 avril, en cour intermédiaire. Il était défendu par Me Vijay Runghen, devant la magistrate Bibi Razia Jannoo-Jaunbocus.

Le 29 mars, Sanjiv Babooa avait été trouvé coupable sous quatre chefs d’accusation d’abus de pouvoir dans l’exercice de ses fonctions. Sous trois autres accusations, la cour lui avait accordé le bénéfice du doute.

Sanjiv Babooa, 43 ans, actuel directeur de la Mauritius Maritime Training Academy, était poursuivi en cour intermédiaire par l’ICAC sous sept accusations de public official using his office for gratification

Sanjiv Babooa

Hier, Me Runghen a plaidé pour que des travaux d’intérêts communautaires soient infligés à son client, au lieu d’une peine de prison. La magistrate fera connaître sa décision dans sept jours.

L’avocat s’est basé sur des affaires semblables, où les accusés avaient écopé de services communautaires. Il a aussi demandé à la cour de prendre en considération le fait que l’accusé est marié et a deux enfants à sa charge.

Les faits qui étaient reprochés à l'accusé se sont déroulés en mars et avril 2009. On l’accusait d’avoir accordé des augmentations injustifiées à de nouvelles recrues, sans l’approbation de la direction, et d’avoir procédé au recrutement de personnes n’ayant pas les qualifications requises.

Poursuivi pour infraction à l’article 7(1) de la Prevention of Corruption Act 2002, il avait plaidé non coupable sous les sept charges qui pesaient sur lui. La magistrate avait expliqué, dans son jugement, qu’à l’époque des faits, l’accusé était le Registrar de l’UTM et c’est à ce titre que, le 10 avril 2009, il avait envoyé des lettres proposant des offres d’emploi à divers candidats. Sanjiv Babooa était accusé d’avoir offert des augmentations salariales injustifiées aux nouvelles recrues sans l’approbation du comité du personnel et du Board of Governors de l’UTM.