“Tikka” au travail : Le ministère porte plainte au criminel ce lundi

You can also highlight the text to listen to it.

C’est aujourd’hui, lundi 16 avril, que le ministère du Travail compte porter plainte au criminel contre l’hôtel The Residence. Ce, dans le sillage de l’interdiction faite aux employés de porter “tikka” et “sindoor” sur leur lieu de travail.




En ce faisant, la direction est en infraction avec l’article 4 de l’Employment Rights Act, qui protège un employé contre toute forme de discrimination au travail, estime le ministère. Toutefois, ils sont plusieurs employés à s’être pliés à ce règlement. Par peur de représailles.

Mais Soolekha Dalwoor a, elle, osé faire de la résistance. Cela fait 14 ans qu’elle porte son “tikka” pour venir travailler à l’hôtel. Et elle n’entend pas changer.

Comment alors expliquer que, subitement, l’hôtel ait décidé d’appliquer ses règlements à la lettre, comme il l’a expliqué dans son communiqué ? Nous avons tenté hier de joindre la direction. En vain.

Une source du côté du ministère du Travail explique pour sa part qu’il s’agit d’un nouveau règlement. Atma Santo, pour sa part, explique :

Il y a eu beaucoup de choses dites dans cette affaire. Il y a plusieurs mises au point à faire. La Fédération des travailleurs unis, qui prend cette affaire en tant que syndicat, compte s’expliquer là-dessus, en conférence de presse, aujourd’hui.

En attendant, hier, diverses associations socioculturelles s’étaient installées devant l’hôtel, sur la plage de Belle-Mare. Pour une session de prières en signe de protestation contre le règlement “discriminatoire”.