Sexting: Pravind Jugnauth attend les explications de Tarolah

You can also highlight the text to listen to it.

Après avoir donné l’impression qu’il a perdu sa langue, le député Kalyan Tarolah devra s’expliquer auprès du Premier ministre, Pravind Jugnauth.




Pravind Jugnauth, Showkutally Soodhun et Kalyan Tarolah.

Dans les prochaines heures, ce PPS, qui est sous le feu de projecteurs depuis mercredi 27 septembre, devra donner sa version suivant les accusations formulées par une jeune femme de 26 ans.

Latchmee Devi Adheen, aussi connue comme Karishma, allègue que le député du MSM lui aurait envoyé des photos obscènes pendant les travaux parlementaires du 11 avril et pour son anniversaire, le 15 avril.

Dans l’entourage du chef du gouvernement, l’on confirme que Pravind Jugnauth a déjà pris connaissance du contenu des sextos. Si aucune décision n’est prise concernant la démission de Kalyan Tarolah aujourd’hui, le bureau politique aura à prendre une décision demain.

Loading...
Kalyan Tarolah

Ce qu'il risque

Le député Kalyan Tarolah pourrait faire face à des poursuites au pénal pour sexting. Selon l’article 46 (h) de l’ICTA Act 2001, envoyer des messages et photos indécents est un délit passible de cinq ans d’emprisonnement et d’une amende ne dépassant pas Rs 1 million. Et ce, même si l’autre partie est consentante. De plus, la personne qui partage de telles photos est, elle aussi, passible des mêmes peines.

Yousuf Mohamed et Ajay Daby.

Me Yousuf Mohamed, ancien deputy Speaker, nous explique:

C’est écoeurant. Il n’est pas digne de se faire appeler honorable Tarolah. Il a sali cette sacrosainte institution qu’est le Parlement. Je vomirai quand j’entendrai la Speaker Maya Hanoomanjee prononcer le nom de ce député. Il a enfreint l’Information and Communication Technology Authority (ICTA) Act et de surcroit le code pénal pour indecent exposure dans un lieu public. Car le Parlement en est un.

Pour Ajay Daby, ancien speaker de l’Assemblée nationale, c’est un Contempt of Parliament :

Kan mo ti Speaker mo ti p appelle ban députés la dans mo bureau. Mo pas ti tolère ban zafer koumsa.

Il ajoute que si Kalyan Tarolah a accompli ces gestes pendant une séance parlementaire, alors il doit répondre de Contempt of Parliament ou dans le cas contraire, une motion de censure pour mauvaise conduite peut être déposée contre lui pour réclamer son départ.

De son côté, le ministre Showkutally Soodhun dit n’avoir pas pris connaissance de la plainte déposée par la jeune femme à l’encontre de l’élu du no 10 :

Mo sorti La Mecque, mon rentre dans Metro Express. Mo pan gagne létemps prend compte. Mo pas lé koze menti si, mo pas habitié kozer. Mon tandé mais mo pankor prend connaissance zafer la.

Même son de cloche du côté du ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun. Il dit ignorer ce qui s’est passé.

Le ministre Mentor n’a pas été plus loquace non plus. Sir Anerood Jugnauth a fait comprendre aux journalistes qu’il n’a pas été “témoin” des frasques du PPS.

Combien gagne un PPS ?

Un député perçoit Rs 157 500 mensuellement. Un ministre obtient, lui, Rs 330 750. Et un PPS touche Rs 247 000, y compris des allocations.

Les PPS, ces élus du gouvernement qui sont attachés à la National Development Unit, ont droit à une allocation d’essence et la facture de leur téléphone est payée par le gouvernement. Un ancien PPS nous explique:

Un PPS est probablement l’élu qui est le plus proche du peuple. Il est responsable de la réalisation des projets dans les circonscriptions qui lui ont été attribuées. Nous faisons le pont entre les collectivités locales et le gouvernement.

Outre un bureau confortable au Citadelle Mall, ils passent une bonne partie de leur temps dans les Citizens Advice Bureau.