Selon la Nasa, il pourrait y avoir une vie extraterrestre au sein de notre système solaire


L'Agence spatial américaine a découvert de l’hydrogène moléculaire dans les geysers d’Encelade, l’un des 67 satellites naturels de Saturne.




Encelade

Loading...

Hier, jeudi 13 avril, la Nasa a annoncé que la sonde Cassini a détecté de l'hydrogène moléculaire dans les geysers d’Encelade, l’un des 67 satellites naturels de Saturne. Cela signifie qu'il y a une activité géothermique comparable à celle qui aurait pu conduire à l'apparition de la vie sur notre planète. "Cela augmente la probabilité qu'il puisse y avoir une vie microbienne" dans cet océan, a indiqué la Nasa. Selon les scientifiques à l'origine de cette découverte, cités par la revue américaine Science, "des réactions hydrothermales entre des roches chaudes et l'océan se trouvant sous la surface gelée de la lune sont la seule source plausible de cet hydrogène". Cependant, l'Agence spatiale américaine n'a pas trouvé de trace de vie en l'état mais l'hydrogène, sur Terre, est une source d'énergie pour la vie microbienne sous-marine.

Les données proviennent des observations de la sonde Cassini, en orbite autour de Saturne depuis 2004 et dont la mission s’achève en septembre. Les instruments de Cassini ont détecté cet hydrogène moléculaire en 2015. A l'époque, la sonde s'est approchée au plus près de la surface d'Encelade - à environ 50 kilomètres - pour traverser un geyser dans la région du pôle sud. La Nasa a aussi affirmé qu'il y a une chance pour qu'Europe, un autre satellite de Saturne d'une taille comparable à la Terre, abrite également la vie microbienne.