Secteur privé : 3 174 postes vacants

You can also highlight the text to listen to it.

Plusieurs secteurs se retrouvent face à un manque de main-d’oeuvre. Cependant, bon nombre de Mauriciens les boudent. Du coup, les patrons recherchent des étrangers.




La construction a bien besoin de bras.

Textile, agriculture ou encore construction. Ce sont des secteurs peu attractifs pour certains Mauriciens et qui souffrent d’un manque de main-d’oeuvre. Résultat, le ministère du Travail se retrouve avec comme seule option le recrutement d’étrangers.

Selon les derniers chiffres du ministère, 3 174 postes sont disponibles dans plusieurs secteurs dont la construction, l’agriculture et le textile. Des secteurs boudés par bon nombre de Mauriciens. Une source au ministère du Travail nous indique :

On parle surtout de travaux manuels dans l’agriculture et la construction. Dans le social, la demande est pour les Care Assistants entre autres. Il y a aussi une demande pour des enseignants du préscolaire. Mais tout cela est pour le privé.

Loading...

Le secteur privé est à la recherche de 1 020 travailleurs pour l’industrie du textile. Il est surtout en quête de machinistes.

Dans l’hôtellerie, les barmaids et les serveurs sont en demande.

Il ne s’agit pas d’emploi avec de gros salaires mais avec l’aide de l’Employment Department qui est actuellement mis sur pied, on devrait pouvoir trouver preneurs pour ces emplois.

En 2016, 20 858 postes avaient été déclarés vacants par les employeurs du secteur privé. À novembre 2017, uniquement 6 % de ces postes ont été pourvus.

Jane Ragoo

Jane Ragoo, syndicaliste représentant les travailleurs du secteur privé, explique qu’il y a plusieurs raisons au manque d’intérêt pour ces secteurs, outre le bas salaire.

Dans la construction, un Mauricien obtient un permis de quatre mois alors que les ouvriers étrangers obtiennent plus. Il n’y a donc aucune sécurité d’emploi.

Elle ajoute que pour le secteur textile, il faut travailler 55 heures par semaine au lieu de 45 heures.

Il faut voir maintenant si cela change avec le salaire minimum.