Prix des pommes d’amour: Le chatini attendra encore


“Pomme d'amour rentre dans tout la sauce” (NDLR la pomme d’amour est utilisée à toutes les sauces), dit-on en créole. Mais avec les averses, les cyclones et autres intempéries, le prix de ce fruit-légume le plus consommé au monde prend l’ascenseur. Le demi-kilo de la pomme d’amour pèse de plus en plus lourd dans les poches des consommateurs.




Hier, dimanche 19 mars, à 7 h 30, on est allé au marché de Rose-Belle. La place grouille de monde. Nos narines sont titillées par différentes odeurs de légumes, de fruits et autres fritures tels que gato pima et dipain frire. Mais ce qui nous intéresse le plus, c’est ce petit fruit-légume, petit par la taille mais grande en valeur marchande, surtout par les temps qui courent.

“Ala nous ena zoli pomme d'amour. Prend zot pomme d'amour, lance à tue-tête Heemansing Doomun. Âgé de 47 ans et marchand de pommes d’amour depuis plus de 25 ans, il est la star – mais pas incontestée – du marché de Rose-Belle. Car ce statut revient à ses pommes d’amours. Nous nous approchons de son étal. Ban pomme d'amour la pas top et cher en plus, lui disons-nous. Ki pou faire boss… top pas top, nous bizin travay, nous répond le marchand.

Loading...

Il faut débourser entre Rs 50 et Rs 70 pour le demi-kilo. Selon Heemansing Doomun, les plantations de pomme d’amour sont affectées par le mauvais climat et le manque d’eau pour l’irrigation. Les prix resteront inchangés jusqu’au mois de mai et ce n’est qu’en août qu’ils pourraient baisser, nous explique-t-il.

Et d’ajouter que le climat n’est pas le seul facteur. Ces derniers temps, certains planteurs, selon lui, ne se sont pas lancés dans la production. Ils attendent la saison hivernale pour le faire. Notre marchand de pommes d’amour souligne que, contrairement aux anciens, les jeunes ne veulent pas cultiver la terre. Ils préfèrent se tourner vers la culture hydroponique.

Nous quittons Heemansing Doomun et ses pommes d’amour. Nous n’en avons pas achetées. Poursuivant notre tournée au marché de Rose-Belle, nous constatons que les prix des autres légumes ont aussi connu une hausse. Le chou est à Rs 50. Une laitue se vend entre Rs 25 et Rs 30. Tenez-vous bien, la fameuse cotomili (coriandre) est à Rs 100 le demi-kilo !

Décidément, un bon chatini (chutney) de pomme d’amour ou de cotomili attendra pour être dégusté.

Source: Info Maurice