Poudre-d'Or Hamlet : Son beau-frère et sa belle-mère lui éclatent l'utérus

You can also highlight the text to listen to it.

Une habitante de Poudre d'Or Hamlet, âgée de 26 ans, a eu l’utérus explosé après avoir été sauvagement agressée par son beau-frère et sa belle-mère, le 31 janvier. Ces derniers l'accusent de sorcellerie.




Nishi dit qu'elle doit sa vie à son beau-père.

On lui a détruit l’utérus à coups de pied et elle a été hospitalisée pendant six jours. Le calvaire de Nishi* ne daterait pas d'hier. Mère de deux filles, âgées de quatre et cinq ans, elle confie que c’est la troisième fois qu’elle est tabassée par sa belle-mère, Gaytree*, 64 ans, et son beau-frère, Ajay*, 36 ans. Ne pouvant plus supporter l’agression dont elle a été victime le 31 janvier, elle les a dénoncés à la police.

Ce mercredi-là, jour férié, Nishi fait la sieste dans sa chambre avec ses deux filles. Vers midi, son beau-frère Ajay, sa concubine et sa belle-mère frappent violemment à la porte. Nishi explique :

Ils semblaient en colère, je n'ai pas ouvert et Ajay a défoncé la porte. Li finn trap mwa par mo cheveux, li traine mwa ziska la cuisine. Li tranglé mwa ek li dire li pou fini mwa. J’étais immobilisée et ma belle-mère m'a frappée. Ajay et sa concubine m'ont donné des coups de poing dans le ventre. Ajay finn kraz ene bouteille lor mo la tête ek li ti p al pik mwa kan mo beau-père finn intervenir. Si je suis sauvée, c'est grâce à lui qui a entendu mes cris.

Loading...

Alors que Nishi se fait cogner par sa belle-mère et Ajay, la concubine lance :

Touy li, mette li dans drome, nous mette béton lor li, nous zet li dans la rivière ek nous dire dimoune linn sauvé.

Grièvement blessée, Nishi est transportée à l'hôpital du Nord où elle est hospitalisée pendant presque une semaine. Après une radio, le médecin constate que l'utérus de la jeune femme est détruit.

Nishi loge actuellement chez ses parents. Elle ne cesse de murmurer :

Si mo beau-père pas ti vinn à temps, zordi mo ti pou ene cadavre.

Encore traumatisée, c'est en larmes qu'elle raconte son calvaire.

Ma belle-mère Gaytree n'est pas en bon termes avec moi, car elle veut nos biens. Pour se débarrasser de moi, elle jette du sindoor et des camphres dans ses vêtements et ceux de mon beau-frère, elle lui fait croire que cela vient de moi et que je fais de la sorcellerie. Ils profitent de l'absence de mon mari pour m'agresser. Ce jour-là, quand ma fille a appelé son père pour lui dire qu’on me frappait, Ajay, sa concubine et sa mère ont pris la fuite.

Elle est mariée depuis six ans et son martyre a commencé quelques jours après la noce.

C'était un mariage arrangé. Au début, ma belle-mère était douce mais, après, elle a montré son vrai caractère. C'est inhumain d’être traitée ainsi. Elle m’insulte, elle me couvre d’injures et de malédictions, mais je faisais la sourde d'oreille pour éviter des ennuis.

Nishi précise cependant qu’elle a le soutien de son époux.

Mes deux filles sont bouleversées après avoir été témoins de mon agression. C'est mon mari qui nous console. Zordi mo trouver ki l'argent ene mauvais défaut ek mo ti kapav perdi mo la vie akoz dibien.

Ajay et sa mère devront être interrogés par la police très prochainement.

Le jeudi 8 février, Nishi a obtenu un ordre de protection par intérim en cour de Pamplemousses. Elle ajoute :

Je souhaite rentrer chez moi dès que j'irais mieux. J'ai confiance en la justice et la vérité triomphera. Je remercie mon beau-père qui a évité un drame.

La mère de Nishi ne cache pas sa colère.

Gaytree ek Ajay batte mo zenfant kouma zanimo, ou pas ti pou kapav guette li kan ti fek batte li, so figir ti enflé ek rempli ar disang. Je souhaite que les agresseurs de ma fille soient punis par la justice.

* prénoms modifiés