Nutella accusé d’être cancérigène

You can also highlight the text to listen to it.

Nutella doit faire face à une nouvelle polémique. Selon l’Agence Européenne de la Sécurité Alimentaire (EFSA), la célèbre pâte à tartiner serait cancérigène. Des accusations auxquelles Ferrero a décidé de répondre.




Nutella doit faire face à des accusations qui pourraient ruiner son image. L’huile de palme contenue dans le produit de Michele Ferrero, décédé à l’âge de 89 ans, est accusée d’être cancérigène. Une huile de palme à l’origine d’un désastre écologique avec la destruction des forêts tropicales en Asie du sud-est et en Afrique également à l’origine de la disparition des grands singes.

Loading...

Substances mises en cause

Comme le rapporte un avis publié par l’EFSA en mai 2016, le esters glycidyliques d’acides gras (GE), le 3-monochloropropanediol (3-MCPD) et le 2-monochloropropanediol (2-MCPD) seraient dangereux pour la santé. Selon l’agence, ces substances se forment pendant « la transformation des aliments, en particulier lors du raffinage des  huiles végétales à des températures élevées (à 200°C environ). »

Présentes dans les huiles et les graisses de palmes, on les trouverait également dans les margarines ainsi que dans les pâtisseries et gâteaux.

Un danger potentiel

Ces produits représenteraient un « danger potentiel pour la santé des tranches d’âge les plus jeunes ayant une exposition moyenne, et la santé des consommateurs de toutes les tranches d’âge présentant une exposition élevée à ce contaminant. »

Néanmoins, l’EFSA rajoute dans une note du Dr Knutsen, présidente du groupe scientifique CONTAM, que « l’exposition des bébés consommant uniquement des préparations pour nourrissons constitue une inquiétude particulière car elle atteint jusqu’à dix fois le niveau considéré comme peu préoccupant pour la santé publique ».

Réponse de Nutella

Alors que Nutella représenterait 20% de son chiffre d’affaire, Ferrero a décider de réagir aux accusations. Selon la société, son huile de palme ne serait pas dangereuse puisqu’elle utilise un procédé industriel qui permet de combiner une température juste en-dessous de 200 degrés et donc de minimiser les substances dites cancérigènes. Ferrero explique également effectuer des « centaines de milliers de tests » sur les contaminants dans l’huile de palme.

Question de goût

Suite au boycotte de l’huile de palme par plusieurs revendeurs, comme la plus grande chaîne de supermarché du pays Coop ou encore Barilla,  Nutella lançait hier une campagne de publicité dans une tentative de rassurer le client. La marque assure ainsi que la décision de conserver l’huile de palme dans le Nutella serait une question de goût et non de coût, ce qui permettrait de donner la substance de sa pâte à tartiner comme le rapporte The Independent.

L’utilisation d’une huile de substitution comme le tournesol ou le colza augmenterait par ailleurs les coûts de production de 22 millions de dollars (800 dollars la tonne pour l’huile de palme pour 920 dollars pour le colza) sachant que 150.000 tonnes sont nécessaires par année selon Reuters.

Avertissement

Malgré l’avertissement de l’EFSA, cette dernière n’a pas de pouvoir de régulation. L’organisation mondiale de la Santé et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture avaient signalé les mêmes risques sans pour autant recommander aux consommateurs d’arrêter de consommer de l’huile de palme comme le rappelle The Telegraph.

Les ventes de Nutella n’ont d’ailleurs pas été affectées par l’avis de l’EFSA, puisque ces dernières augmenteraient de 5 à 6% par an.