Neuf ans après son prix Nobel, Jean-Marie Le Clézio revient au roman

You can also highlight the text to listen to it.

Neuf ans après avoir reçu le Nobel de littérature, Jean-Marie-Gustave Le Clézio revient au roman avec “Alma” (Gallimard), un livre sur la quête de ses origines sur l'île Maurice.




Jean-Marie Gustave Le Clézio

Le livre est sorti hier, jeudi 5 octobre, le jour même où l'académie suédoise a proclamé le nom du nouveau lauréat du Nobel de littérature: Kazuo Ishiguro, auteur britannique de 62 ans.

Alma, c'est le nom de l'ancien domaine familial des Le Clézio. Le domaine n'existe plus (il a été transformé en restaurant-musée consacré à l'habitat colonial). En parlant d'Alma, devenu dans le roman l'ancien domaine des Felsen, Jean-Marie Gustave Le Clézio s'attache à parler de ce qui n'existe plus et se trouve au bord de l'oubli. Il écrit:

Loading...

En 1796, l'année où Axel Felsen débarque à l'île de France (ancien nom de l'île Maurice, ndlr) avec sa famille, la forêt couvre les neuf dixièmes de l'île. En 1860, quand les Felsen participent à l'ère industrielle, dans les plantations de tabac (tout le monde n'est pas sucrier), il reste encore quelques poches de forêt endémique (...) Aujourd'hui plus rien.

Un des narrateurs de ce roman à deux voix, Jérémie Felsen (un double de l'écrivain) est à la recherche du mystérieux dodo, "gros oiseau inepte", qui a mis moins de temps à s'éteindre que l'homme à coloniser l'île. Jérémie ne croisera pas Dodo (l'autre narrateur), un Felsen clochardisé, sans lèvres ni paupières, qui ne conjugue ses verbes qu'au présent même quand il parle du passé ou de l'avenir.

Les deux hommes nous racontent au fond la même chose: l'histoire tragique d'une île hantée par le souvenir de l'esclavage, ravagée aujourd'hui par le tourisme de masse.