Meurtre de Christian Dhookit à Brest: Tué pour du gandia

You can also highlight the text to listen to it.

À ce stade de l’enquête, il semble que le Mauricien Christian Dhookit, 47 ans, dont le corps avait été retrouvé au pied de la mairie de Brest en France le 9 juin dernier au matin, aurait été battu à mort, puis partiellement brûlé sur le haut du corps, à propos d’un différend portant sur de la résine de cannabis.




Christian Dhookit et sa fille Youna.

Le mobile du meurtre porterait sur un morceau de drogue d’un montant de 20 euros (Rs 800) « qui ne les valait pas » en terme de qualité, d’après une source proche de l’enquête.

Le deuxième suspect interpellé le mardi 27 juin est un homme âgé de 36 ans. Déjà connu des services de police pour des faits de violences et dégradations, il devrait être présenté ce jeudi à la juge d’instruction en charge du dossier, en vue de sa mise en examen pour « meurtre aggravé ».

Loading...

Comme le premier co-auteur présumé, interpellé cinq jours après les faits, il sera également présenté à un juge des libertés et de la détention en vue de son probable placement en détention. 

Christian Dhookit avait été retrouvé mort devant l’une des entrées annexes de la mairie de Brest. Les résultats de l’autopsie ont mis en évidence que la victime était décédée d’une hémorragie cérébrale due à de violents coups portés à la tête. Son torse portait aussi des traces de brûlure.

Source: Le Télégramme