Manger souvent des nouilles instantanées est nocif pour les femmes

You can also highlight the text to listen to it.

Manger des nouilles instantanées au moins deux fois par semaine pourrait accroître de le risque de cholestérol, de diabète et d'hypertension, selon une étude.




Les femmes qui mangent des nouilles instantanées au moins deux fois par semaine accroissent de 68% le risque de syndrome métabolique, selon une recherche américaine publiée dans le Journal of Nutrition.

Ils ont analysé les données d'une enquête effectuée en Corée du Sud, plus grand consommateur mondial de ces nouilles, auprès d'un échantillon de 10 771 adultes représentatif de la population, dont un peu plus de la moitié de femmes.

"La consommation de nouilles instantanées est liée à une augmentation de la prévalence du syndrome métabolique chez les femmes, indépendamment de leur régime alimentaire dominant", écrivent ces chercheurs de l'université de Harvard.

Le syndrome métabolique désigne la présence d'un ensemble de signes physiologiques qui augmentent le risque de diabète et de maladies cardio-vasculaires.

Loading...

Peu importe ce que vous mangez le reste du temps

Ainsi, même si les femmes coréennes avaient un régime alimentaire traditionnel à base de riz, de poisson et de légumes ou mangeaient surtout de la viande et des aliments frits moins sains, le fait de consommer des pâtes instantanées deux fois par semaine accroissait fortement leur risque métabolique.

"Manger des nouilles une ou deux fois par mois ne présente aucun problème mais plusieurs fois par semaine est problématique", a déclaré Frank Hu, professeur de nutrition et d'épidémiologie à Harvard, principal auteur, cité par le New York Times.

Le fait que les données proviennent d'une enquête peut expliquer pourquoi les hommes ne semblent pas autant affectés que les femmes, relève le professeur Hu dans l'étude.

Il explique que ces dernières semblent décrire leur régime alimentaire de façon plus exacte. Mais, selon lui, il est aussi possible que les femmes soient plus sensibles aux effets des hydrates de carbone, des graisses et du sel.