Révolte, colère, exaspération… Ce sont les sentiments qui animent les parents d’une école préscolaire de l’Est, Perles d'Avenir.
Kavi Baulroop et Dielleen Chinapayen comptent alerter la CDU sur la façon d’agir du personnel d’une école préscolaire située dans l’Est.

Ils sont indignés par la manière d’agir du personnel de l’école. Leurs enfants, âgés de 3 à 5 ans, font face à des méthodes punitives archaïques. Sur des bandes-son, partagées sur Facebook, on entend ces petits crier de douleur.

Face à ce problème, les parents comptent alerter la CDU dès ce lundi matin 23 octobre.

Sur l’une des bandes-son, on peut entendre une voix adulte réprimander un enfant qui pleure. La femme lui demande:

Kisanla in tapé ? Téléphone so parents, dire li vin rode li. Lin donne ene gros kout poing A…

L'écolier répond à la dame et cette dernière le gronde sévèrement:

Ar kisanla to p kozer la ? To envi gagne batter ?

Après, plusieurs voix s’entremêlent… Jusqu’au moment où l’on entend un enfant hurler de douleur. On apprendra par la suite que le petit, âgé de seulement cinq ans, a été puni. Dielleen Chinapayen, la tante du bambin, nous explique:

Zot in frotte piment lor so la lèvre.

Cette dernière, dont le fils de trois ans fréquente également cette école préscolaire de l’Est, est choquée par la manière d’agir du personnel:

Mo garçon aussi in subir ca ban maltraitrance la dans le passé. Mo triste ek révolté parski mo ti faire confiance staff la.

Dielleen Chinapayen affirme que les enfants de cet établissement subissent la “torture” depuis ces trois derniers mois.

Dielleen Chinapayen va encore plus loin, affirmant que les enfants de cet établissement subissent la “torture” depuis ces trois derniers mois:

Mo la tête fatigué après c ki mon découvert. Mo garçon in déjà dire mwa, mais li ena 3 ans. Mo pan prend compte. Zordi mo regretter. Mo ti bizin agir kouma mon kone ca.

Dielleen Chinapayen n’est pas la seule concernée par ce problème. La famille Baulroop affirme vivre le même calvaire. Le père, Kavi, nous raconte:

Mo garçon pas oulé al l'école. Li gagne peur.

Son fils, âgé de quatre ans, lui aurait raconté que les responsables de son école l’ont aussi puni. Et ce, à plusieurs reprises. Son enfant, poursuit-il, serait resté au milieu de la cour de récréation avec son sac à dos au moins une heure temps:

Ou faire ene ti zenfant 4 ans dibout 1 heure temps sans boire, manger dans ene gros soleil. Ki kalité léker ou bizin ena ca ? Li vrai ki nous péna pou paye frais scolarité mais li pas ene raison pou maltraite nous ban zenfants.

L'école préscolaire Perles d'Avenir dans l'Est du pays.

Kavi Baulroop nous apprend que c’est l’administration de l’école qui paye le transport et le déjeuner des enfants. En effet, l'école a été mise sur pied afin de venir en aide aux gens démunis. Ce père de famille se dit décidé à dénoncer ce genre de comportement:

Mo pou al CDU ek kot bizin aller pou dénonce zot.

Il sera accompagné par d'autres parents.

Nous avons à, maintes reprises, essayé de savoir qui gère l’établissement, pour une réaction, en vain.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations