Maison verrouillée: Pushpa condamnée à dormir devant chez elle

You can also highlight the text to listen to it.

Pushpa Moothen, une femme de 62 ans, a constaté que sa maison avait été verrouillée par les proches de son époux en rentrant des champs.




Pushpa brave tant bien que mal le froid.

Loading...

Pushpa doit passer la nuit sur un fauteuil, devant les portes verrouillées de sa modeste maison, à Boston Lane, La Flora.

Cela depuis que les proches de son époux décédé la somment de quitter son domicile. Jeudi soir, après avoir pris connaissance de l’épreuve qu’elle subit, une de ses voisines a accepté de l’héberger pour la nuit. Pushpa raconte:

Dépi ki mo mari in mort, mo famille faire bien dure ar mwa. Mon porte plainte la police Grand-Bois, mais malgré ca zot continuer. Lundi, zot in vini pendant ki mo ti dans carreau, zot in remplace tou ban serrures la porte dans lakaz la. Dépi ca, mo pas kav rentre dans mo lakaz. Pas premier fois ki zot faire ca. Komié temps mo pou kav continuer koumsa ? Zot envie prend lakaz la. Mo beau-père ti donne ca mo bolom ek mwa. Pièce par pièce mon monte ca avec mo courage. Kot ou kwar mo pou kapav ré faire tou à zéro aster ?

Pushpa a vécu pendant 40 ans avec son époux et ils ont eu un fils de cette union. Ils avaient uniquement contracté un mariage religieux.

Les proches de son époux n'ont pas voulu répondre à nos questions.

Entre-temps, Pushpa continue à dormir à la belle étoile par ce froid hivernal.