Lurina, escort-girl mauricienne, vend ses charmes à de riches quinquagénaires


Lurina, une escort-girl âgée de 26 ans, se prostitue depuis sept ans, soit depuis qu'elle a 19 ans. Ses clients sont principalement les hommes d’âge mur, riches et respectables.




Lurina

Lurina a tout pour plaire. Teint basané, yeux marron, cheveux longs et lisses, arborant un beau sourire, notre interlocutrice semble intelligente, polie et très courtoise. C’est sous le couvert de l’anonymat, qu’elle se confie à nous, parle de ses débuts comme escort-girl et des raisons qui l'ont poussée à la prostitution à l’âge de 19 ans:

Loading...

Après mes études secondaires, mon HSC en poche, j'étais à la recherche d’un emploi dans le domaine de la comptabilité. Sans vouloir me flatter, j'avais obtenu de bons résultats. Toutefois, je resterai plusieurs mois au chômage, faute d’expérience professionnelle. Un beau jour, j'ai été convoquée pour un entretien dans une firme basée à Port-Louis. J’attendais à la réception et j’avais le trac. En me voyant, un homme âgé d'une cinquantaine d'années est venu m’encourager. Il m’a gentiment refilé quelques astuces pour que je réussisse mon entretien. Il m’a, par la suite, donné son numéro de téléphone et m’a demandé de lui passer un coup de fil si jamais je ne décrochais pas le job. Une fois n’est pas coutume, ma candidature pour le poste n’a pas été retenue. J'ai alors décidé d’appeler le monsieur, dans l’espoir qu’il m’aide à trouver du boulot. Le monsieur m'a alors donné rendez-vous dans un restaurant très huppé pour un déjeuner. J'étais séduite. Il faut dire qu'il était très élégant, mais aussi très riche. Ce jour-là, il m’a donné Rs 3 000 pour me dépanner, sans rien demander en retour. Il m’a aussi emmené faire du shopping. Nous nous sommes revus à trois reprises par la suite. Puis, il m’a fait une proposition. Si j’acceptais de coucher avec lui, il promettait de me donner beaucoup d’argent à chaque fois qu’on allait se voir. J’ai accepté et depuis c’est un client et un très bon ami.

Certains jours, son ami lui donnera même jusqu’à Rs 10 000, lorsqu’il a bien gagné aux courses de chevaux, par exemple. Lurina raconte:

Il m'a aussi présentée à des amis à lui qui sont encore plus vieux. Ce sont des gens très bien. Ce sont eux mes principaux clients. Certains m'ont expliqué que c’est l'âge avancé de leurs femmes qui les pousse à aller vers des aventures sans lendemain. Ces dernières n'arrivant plus à les satisfaire sexuellement, ils retrouvent donc leur jeunesse avec moi, et assouvissent ainsi leurs pulsions.

Notre interlocutrice avoue n’avoir aucun client âgé de moins de cinquante ans et le plus vieux, lui, frôle les 70 ans. Est-elle à l’aise avec ces hommes qui ont l’âge d’être son grand-père ?

Oui, je le suis car déjà, ils ne sont pas mes grands-pères. Croyez-vous qu’ils coucheraient avec moi s'ils me considéraient comme leur petite-fille ? Non, je suis simplement de la chair fraîche pour eux et, pour cela, ils y mettent le prix. Ils claquent leur fric pour avoir mon corps et aussi parce qu’ils aiment la discrétion, tout comme moi d’ailleurs. Il n’y a aucun risque qu'ils aillent déballer leurs exploits sexuels sur la place publique. Ils ont dépassé l'âge pour ça.

Lurina dit travailler seulement trois à quatre fois par semaine et peut se faire jusqu'à Rs 12 000 avec ces rendez-vous intimes. Elle compte environ une vingtaine de clients, notamment des hommes d'affaires, des cadres, voire des retraités.

La Toile, nouvelle plate-forme

La Toile, nouvelle plate-forme Un des sites les plus fréquentées par les Mauriciennes.

Désormais, c'est en ligne que des Mauriciennes de tout âge vendent leurs corps. Pas moins d'une dizaine de sites vantent les charmes de ces filles.

Technologie oblige, certaines agences de mannequins vendent leurs hôtesses qui finissent souvent en filles de joie.

Une des nombreuses annonces en ligne d'une Mauricienne.

Tout y est, les tarifs, le nombre d'heures, les jours disponibles, l'âge des filles, les endroits où aller les dénicher. Bref, toute une panoplie qui incite certains étrangers de venir se dorer au soleil tout en se donnant du bon temps. Incognito, il va de soi !