Le pigeon rose retrouve son habitat naturel à la vallée de Ferney

You can also highlight the text to listen to it.

Des pigeons roses, aussi connus comme pigeons des mares - une espèce rare endémique de Maurice -, ont été lâchés dans le sanctuaire naturel de la vallée de Ferney par le ministre de l’Agro-Industrie et de la Sécurité alimentaire Mahen Seeruttun, en présence d’une cinquantaine d’invités.




Ce nouveau lâcher porte à 150 le nombre d’oiseaux endémiques de plusieurs espèces qui survolent maintenant la vallée de Ferney grâce au programme baptisé Optimise the Ferney Valley into a Mauritian biodiversity conservation and awareness hotspot ou comment optimiser la vallée de Ferney pour en faire un point névralgique centré sur la conservation et la sensibilisation de la biodiversité mauricienne.

Loading...

Ce projet initié par la Mauritian Wildlife Foundation est co-financé par le GEF Small Grants Programme du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et le Vallée de Ferney Conservation Trust, un partenariat public-privé entre l’État mauricien et le groupe CIEL, avec la collaboration de National Parks and Conservation Services. Le projet bénéficie aussi du soutien d’instances internationales telles que le Chester Zoo et Durrell Wildlife Conservation Trust du Royaume-Uni et de la banque HSBC. Mahen Seeruttun nous assure:

Nos oiseaux endémiques constituent notre richesse naturelle la plus précieuse, et pour l’intérêt de tous, nous devons à tout prix œuvrer ensemble pour leur protection (…) Notre pays s’est engagé à mettre en place les United Nations 2030 Agenda on Sustainable Development and the Aichi Biodiversity Targets. Mais nous ne pouvons agir seuls car la protection de notre biodiversité  concerne chacun de nous. Nous devrions continuer de joindre nos efforts afin d’atteindre les objectifs fixés, tant à l’échelle nationale qu’internationale, témoignant ainsi de notre vif engagement en tant que pays.

Au-delà de la réintroduction d’espèces endémiques et du lâcher d’oiseaux, ce projet se concentre également sur la conservation de la forêt, la culture et la propagation des plantes endémiques et indigènes, la recherche scientifique sur les plantes rares et la sensibilisation.

Responsable du projet, Vikash Tatayah, directeur de Conservation de la Mauritian Wildlife Foundation ajoute:

La Mauritian Wildlife Foundation se réjouit de constater que la vision commune pour la conservation, l’éducation et l’écotourisme qui s’est développée à Ferney, à l’époque où une autoroute devait être construite en plein milieu de la forêt endémique, n’a cessé de s’étoffer depuis. En effet, les efforts collectifs du groupe CIEL, du gouvernement et des organisations internationales et locales, telles que le GEF Small Grants Programme PNUD et la Mauritian Wildlife Foundation, portent leurs fruits et tout ce que nous avons toujours espéré mettre en place il y a 15 ans de cela, quand nous avons débuté nos activités, devient maintenant réalité. Nous avons encore tant de choses à faire à la vallée de Ferney en terme de conservation et cela est très excitant et prometteur pour la biodiversité de notre pays.

Dans les années 1800, le pigeon rose était largement répandu sur Maurice, avant de régresser petit à petit à cause de la déforestation, de la chasse et des prédateurs. En 1950, sa population était de 50 individus pour ensuite atteindre le nombre de 12 spécimens en 1986.

Source: Eco Austral