L’affaire Vanessa Lagesse ou le récit d’un crime non élucidé

Le vendredi 10 mars, cela a fait exactement seize ans depuis que la styliste Vanessa Lagesse, alors âgée de 35 ans, avait été retrouvée morte dans la baignoire de son campement, à Grand-Baie. Retour sur cette sordide affaire...




Bernard Maigrot et Vanessa Lagesse.

Le jardinier a vu le corps de la propriétaire flottant dans sa baignoire. Une cuisinière a entendu crier vers minuit. Autant d’éléments qui auraient pu faire partie d’un film d’horreur et rapportés dans le cadre de l’enquête préliminaire sur la mort de la styliste il y a 16 ans.

La styliste a été retrouvée morte dans son bungalow, à Grand-Baie, le 10 mars 2001. Elle a été assassinée.

Son amant Bernard Maigrot, avait été arrêté, puis les charges avaient été abandonnées le 23 juin 2008. Il a, une nouvelle fois, été arrêté le 23 mai 2011, sur la base de nouvelles preuves scientifiques.

Une charge d’homicide involontaire avait été logée contre Bernard Maigrot depuis le 18 mai 2012, devant la cour d’assises. Ce procès devrait être entendu le 23 mars prochain. Le juge Prithviraj Fekna devrait donner un ruling sur une motion de Me Gavin Glover, Senior Counsel, pour un stay of preceedings dans cette affaire. L’avocat est d’avis que son client n’aura pas droit à un procès équitable, car il n’a pas été confronté aux nouvelles preuves.

Loading...

Le témoignage du jardinier

Jayraz Sookun, le jardinier, raconte:

La demoiselle (NdlR : Vanessa Lagesse) était dans sa baignoire remplie d’eau. Elle était allongée sur le ventre. Monsieur l’allemand (NdlR : Werner Jendrzok) l’a attrapée par la tête alors que je tenais sa hanche. Monsieur l’allemand a lâché sa tête avant de crier. Nous avons ensuite quitté les lieux.

Il explique qu’il est entré dans le bungalow de la styliste en compagnie de Jendrzok. Ils sont passés par la porte de derrière. Il a alors remarqué des traces de sang de la porte jusqu’à la salle de bains.

C’était comme si on avait traîné quelque chose.

Il dit qu’il s’est rendu à Grand-Baie chez Vanessa Lagesse, le 10 mars 2001, pour laver sa voiture. Une fois sur place, il a frappé à la porte de la maison pour avoir les clés du véhicule mais personne n’a répondu. Il a alors lavé l’extérieur de la voiture. Puis il est allé nettoyer un autre campement de la victime avant de rentrer chez lui.

Le jardinier raconte qu’il est retourné au deuxième bungalow de la styliste le même jour à 14 heures avec Denis, un maçon. Ils avaient rendez-vous avec elle. Il y avait un problème d’eau dans le campement et les deux hommes étaient venus lui soumettre une liste des matériaux dont ils avaient besoin. Mais elle n’est jamais venue au rendez-vous.

Des pleurs de femme battue

Sookun est retourné au premier bungalow. Il a alors vu le gardien et la femme de ménage debout dans la cour. Werner Jendrzok était également présent. Le jardinier s’est adressé à l’Allemand.

Je lui ai montré la liste et je lui ai dit que j’avais besoin de ces matériaux avant de l’informer que je cherchais mademoiselle Vanessa. Nous avons commencé à faire le tour du campement pour la chercher. C’est alors que le monsieur allemand a ouvert la porte de derrière et nous sommes entrés à l’intérieur. Le sofa était en désordre.

Jayraz Sookun précise à la cour qu’il ne connaît pas le nom de l’Allemand. Il sait toutefois que celui-ci passe ses vacances chez les Tostée. Après la découverte macabre, le jardinier est allé chez les Pitot pour annoncer la mauvaise nouvelle.

Pâquerette Ramdiane, cuisinière des Pitot, voisins de Vanessa Lagesse, affirme avoir entendu des cris le 9 mars 2001 à minuit moins quinze:

Au départ je croyais que c’était un enfant. Mais ensuite j’ai réalisé que c’était une femme qui pleurait.

Qu’a-t-elle entendu de particulier ?

Ayo ! C’était comme dans un film violent. Kouma dire ene mari p batte so femme.

Mais elle n’avait aucune idée de qui il s’agissait.

Sources: 5 Plus et L'Express



Loading...