Jus toxique : Le gérant d’une usine d’embouteillage entendu par la police

You can also highlight the text to listen to it.

Une vingtaine de clients auraient l’habitude de venir acheter des bouteilles vides. C’est ce qu’a déclaré le gérant d’une usine d’embouteillage de jus lors d’un interrogatoire, mardi 13 février. Il était entendu par les hommes de la CID de Port-Louis Nord dans le cadre de l’enquête sur le jus toxique.




Les policiers tentent de remonter jusqu’à ceux qui ont distribué les bouteilles de jus mélangé à du kérosène et de l’insecticide qui étaient destinées aux pèlerins de Maha Shivaratree. Ce qui a poussé les limiers à s’intéresser à cette usine est le fait que le logo de l’entreprise figure sur les bouteilles en plastique qui contenaient le jus toxique.

Le gérant nie toute implication dans l’affaire, expliquant qu’il y a une vingtaine de clients qui se rendent à l’usine pour acheter des bouteilles vides. Il a été prié de divulguer les noms de ses clients. La police entend bien éplucher cette liste, dans l’espoir de trouver les auteurs du délit.

L’IT Unit de la police a aussi été mise à contribution. Elle a récupéré les enregistrements de vidéosurveillance de l’usine. Le but : identifier les véhicules qu’auraient utilisés les auteurs du délit pour remettre les bouteilles à des volontaires.