C’est l’odeur du kérosène qui a attiré l’attention des pèlerins de Grand-Bassin. Le PMO suit l’affaire de près.

Les recherches s’affinent. Les limiers se concentrent sur une voiture grenat, suivant les indications d’un témoin.

Visionnages des images de caméras de surveillance à Rose-Hill et Phoenix, interrogatoires et contre-interrogatoires. Toutes les unités de la police ainsi que les agents du service de renseignement sont mobilisés pour identifier l’individu qui a distribué des bouteilles de jus mélangé à du kérosène, du pesticide et de l’herbicide aux pèlerins.

Du côté de l’unité anti-terrorisme et du CCID, c’est l’alerte maximale. Le PMO suit également l’affaire de près. Surtout depuis que les analyses effectuées par le Forensic Science Laboratory ont confirmé, hier lundi 12 février, la présence de ces substances.

La police a une nouvelle fois interrogé les deux témoins qui ont porté plainte. L’un d’eux, un Indien employé par une compagnie privée, soutient qu’il était à Rose-Hill, samedi soir, quand un individu lui a remis une boîte contenant 36 bouteilles de jus. Un travailleur social a également réceptionné une cargaison de 25 bouteilles. L’un d’eux affirme que le suspect était dans une voiture grenat.

Un pèlerin qui se trouvait à Phoenix raconte qu’il y avait deux voitures près d’une tente. Il a cru qu’il s’agissait de bénévoles.

Mo pann réssi guette bann dimounes la bien. Mo regretter.

Il raconte qu’en ouvrant la bouteille, l’odeur qui s'en émanait l’a intrigué.

L'odeur la ti extra fort. Ti kouma ene l'odeur l'essence.

D’ajouter qu’il y a un pèlerin qui a arraché la bouteille des mains d’un autre.

Linn dire li pa bwar ca.

Ils ont immédiatement donné l'alerte.

Le Premier ministre a, pour sa part, déclaré, hier, en quittant Grand-Bassin, qu’il laisse la police mener son enquête. Il a ajouté :

Bien sûr li choquant !

YOUR REACTION?

Facebook Conversations