Inde: Une fillette de 10 ans enceinte après un viol n'est pas autorisée à avorter

You can also highlight the text to listen to it.

La Cour suprême indienne a rejeté vendredi la demande de la famille d'une fillette de 10 ans violée plusieurs fois par son oncle. Elle voulait que l'enfant puisse avorter.




Une terrible décision. La Cour suprême de l'Inde a rejeté vendredi la requête d'une fillette enceinte de 10 ans, qui avait demandé à pouvoir avorter après avoir été violée par son oncle, rapporte BFMTV.

Loading...

"Dangereux" pour la fillette, selon les médecins

La Cour s'est rangée à l'avis des médecins, qui ont estimé que le fait de pratiquer un avortement présentait un risque pour la vie de la jeune fille. Le rapport médical juge que l'avortement ne serait "bon ni pour la mère ni pour le fœtus".

Selon la Cour, la famille de l'enfant a "accepté" le verdict.

Une demande refusée pour la seconde fois

La famille avait contesté devant la Cour suprême indienne la décision d'un tribunal local, qui avait déjà refusé l'avortement pour des raisons similaires.

L'enfant, violée à de multiples reprises par son oncle, est enceinte de huit mois : sa grossesse a été découverte sur le tard par sa famille, en emmenant la fillette à l'hôpital pour un mal de ventre.

En Inde, la loi n'autorise pas les interruptions volontaires de grossesse au-delà de 20 semaines, à moins qu'on estime que la grossesse présente un risque pour la mère.

Et les demandes d'avortement de la part de victimes de viols sont tristement fréquentes en Inde. En 2015, 20 000 cas de viols ou agressions sexuelles avaient été signalés dans le pays.