Ils réclament Rs 10 millions à une enseignante pour avoir arraché les cheveux de leur fils

You can also highlight the text to listen to it.

Alors que la grande rentrée n'est pas loin, aller à l'école est devenu un cauchemar pour un garçonnet de 6 ans, habitant Terre-Rouge. Pour cause, son prof lui avait tiré les cheveux en classe en guise de punition.




Les parents du garçon réclament Rs 10 millions de dommages à l'école pré-primaire privée, située dans le Nord du pays.

Dans une plainte déposée en cour suprême, le couple Ramful déclare que leur fils est rentré ce jour-là avec une partie de ses cheveux arrachés et des traces de sang à la tête.

Dix-huit mois après, les parents affirment que l'enfant a du suivre des traitements pour lui faire pousser des cheveux.

L'affaire sera appelée le 23 février prochain. Les parents de l'enfant ont retenu les services de Me Rama Valayden et Kaviraj Bhuckory.

Loading...

Les faits remontent au 10 juin 2015. Peu avant la récréation, l'enfant s'est dirigé vers sa maîtresse pour l'informer qu'un de ses amis a déchiré son cahier de dessin.

Selon l'écolier, la maîtresse l'a réprimandé et l'a giflé avant de lui tirer violemment les cheveux. L'enfant déclare avaoir pleuré à chaudes larmes devant la classe en criant:

Mama ! Mama !

Or, l'enseignant a haussé le ton pour lui lancer:

Arrête plorer. Péna mama ici.

Il explique qu'à l'heure de la récréation, alors qu'il mange son pain, une touffe de cheveux lui glisse le long du visage pour attérrir sur son pain.

Une plainte est consignée le même jour au poste de police de Terre-Rouge. Il sera ensuite examiné par un médecin de l'hôpital du Nord.

Le père, Dinesh Ramful, affirme que son fils n'est pas allé à l'école pendant 4 mois après qu'il s'est retrouvé avec une partie de la tête dégarnie et avait naturellement peur des moqueries.

L'enfant a du changer d'école. La nuit, il fait des cauchemars et pleure dans son lit. Il lui arrive même de quitter la maison pour se rendre à l'extérieur le soir.

Le père, planteur de profession, explique que depuis, il a fait des vidéos de son fils ou celui-ci parle de ses angoisses. Il estime que son fils a été traumatisé et ne pourra pas revenir à son niveau de performance après cet incident. D'où sa décision de se tourner vers la cour suprême pour obtenir réparations.