Fouille corporelle: “Humiliées”, 14 femmes réclament chacune Rs 1 million à l’Etat

You can also highlight the text to listen to it.

“Monn choqué parski pendant la fouille la, monn ressenti so la main lor mo poitrine ek après linn dire mwa tire mo culotte…” Dix ans après, Malini Ramdoo, une ancienne employée d’un centre d’appels, situé à Ébène, a été appelée à témoigner devant le juge Asraf Caunhye, en Cour suprême il y a deux semaines.




Malini Ramdoo

Malini Ramdoo, Marie Joelle Cindy Bathilde, ainsi que 12 de leurs anciennes collègues, réclament chacune des dommages de Rs 1 million à l’Etat, aux constables Vaneeda Perianen, Rajeev Tulloo, Désiré Kenny Cesar du poste de police de Rose-Hill, et à une autre collègue, Anousha Perianen.

Loading...
Vaneeda Perianen

Elles estiment avoir été “humiliées” lors de ladite fouille, qui a eu lieu dans la salle de formation du bâtiment.

Interrogée par son avocat, Jean Claude Bibi, Malini Ramdoo, qui est maintenant institutrice au collège lorette de Quatre-Bornes, est revenue sur cet incident “traumatisant” en cour:

Nous ti p travaille dans ca centre d'appels la. Lé 8 octobre 2007, ene collègue, Anousha Perianen, in dire ki linn perdi so portable. Nous chef, Philip Leuret, in dire nous rode li.

Anousha Perianen

Or, après avoir cherché dans leurs sacs et casiers, toujours pas de portable en vue. Par la suite, Anousha Perianen aurait fait appel à sa belle-sœur, qui est policière, sans même porter plainte, pour vol allégué de portable. Malini Ramdoo poursuit:

Bann policiers la in demande nous faire la queue devant la salle formation ek entre-temps, zot ti p fouille autour ban computer ek dans chaque coin ki zot gagner.

Rajeev Tulloo

L’habitante de Quatre-Bornes raconte que la policière, elle, a, dans un premier temps, fouillé son sac.

Ensuite linn commence palper mo lécorps. Monn senti so la main lor mo poitrine. En plus, ca zour la mo ti mette ene robe. Linn dire mwa baisse mo culotte ek saute emplace 2 fois.

Et d’ajouter:

Nous ti dans ene la salle avec ene baie vitrée. Bann dimounes ki ti p travaille dans ene bâtiment voisin in trouve nous...

Désiré Kenny Cesar

Elles étaient, au début, 21 employées à porter plainte au poste de police, mais seules 14 d’entre elles ont tenu ferme.

La policière, ainsi que ses collègues masculins, qui ont été suspendus de leur fonction, sont défendus par Me Gavin Glover, Senior Counsel, alors que les plaignantes ont sollicité les services des Mes Jean Claude Bibi et Pazhany Rangasamy.

Le procès en réclamation se poursuivra le 15 novembre.