Il serait parvenu à tromper plusieurs commerçants avec de fausses coupures. Au final, Adrien Anson Vencatasamy, 20 ans, aurait écoulé près de Rs 100 000 dans le circuit monétaire, surtout en coupures de Rs 2 000 depuis le début de l’année, affirme la police.
Adrien Anson Vencatasamy était déjà en liberté conditionnelle pour utilisation de fausses coupures dans des magasins au Caudan, il y a un an.

Cet habitant des Salines, Port-Louis, a été arrêté samedi 12 mai et présenté devant la justice, hier. Qui est ce jeune homme et comment s’y est-il pris ?

Du haut de ses 20 ans, Adrien Anson Vencatasamy était déjà en liberté conditionnelle pour utilisation de fausses coupures dans des magasins au Caudan, il y a un an. Mais le suspect a récidivé lors du Chinese Food and Cultural Festival, du 5 au 6 mai, faisant des achats avec de fausses coupures de Rs 2 000 dans plusieurs magasins.

Cependant, il a été repéré par les caméras de surveillance de l’un des magasins. La CID de la Metropolitan Police de la division sud, dirigée par le surintendant de police, Sailesh Kumar Behary, qui était, sur sa piste, a pu lui mettre la main au collet samedi, à l’hôtel où il résidait depuis mars, contre un paiement de Rs 1 500 par jour.

Outre le matériel informatique et tout un attirail qu’il aurait utilisé pour la fabrication de faux billets, 45 fausses coupures de Rs 2 000, imprimées d’un côté, et une autre de Rs 1 000 ont été saisies dans sa chambre.

Selon un des enquêteurs, le jeune homme, qui a étudié jusqu’en Form III dans un collège d’État de la capitale, aurait fait preuve d’ingéniosité pour fabriquer des copies presque parfaitement identiques de billets, laisse-t-on entendre. La teinture, la colle et les marqueurs qu’il aurait utilisés rendaient ces fausses coupures presque indétectables, même en les scannant par un appareil ultraviolet.

Adrien Anson Vencatasamy aurait commencé en fabriquant de fausses coupures de Rs 25, Rs 100 et Rs 200. Après avoir facilement écoulé les petites coupures dans des commerces, il serait passé à de plus gros montants, soit des billets de Rs 500, Rs 1 000 et Rs 2 000.

Pour la fabrication d’un premier billet de Rs 2 000, il aurait tout bonnement sollicité un professionnel. Cela, en prétextant que c’était pour un projet scolaire. Après avoir été présenté devant la Bail & Remand Court, dimanche matin, le suspect a comparu devant la cour de Port-Louis de la division sud, hier. Il répond d’une accusation provisoire de fabrication de faux billets de banque. Comme la police a objecté à sa remise en liberté conditionnelle, il a été maintenu en cellule.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations