Elle est violée par un ami de la famille - La mère : “Mo tifi reste faire cauchemar asoir”

You can also highlight the text to listen to it.

Elle n’est plus la même depuis cette soirée-là.




La victime.

Une habitante de Beau-Vallon, 18 ans, est suivie par un psychologue du ministère de la Santé. La raison : elle a été violée par un ami de la famille, le 22 octobre.

Aujourd’hui, selon sa mère, 42 ans, elle est devenue dépressive et peine à fermer les yeux la nuit.

Quant à son présumé agresseur, Jean Fabrice Anderson Favory, 25 ans, il a été arrêté par la police de Mahébourg vendredi.

Loading...
Jean Fabrice Anderson Favory

La mère raconte que le jour de l’incident, sa fille et le présumé agresseur sont allés à une fête, organisée à l’occasion du Divali, accompagnés d’une amie.

Zot ti ena l'habitude sorti asoir ensam. Entier famille ti faire confiance garçon la parski nous kone so parents ek noun trouve li grandi devant nous. Zamais nous ti pou kwar li kav faire ene zafer koumsa. Li ti p aller vini kot nous.

Le présumé agresseur aurait offert une boisson à la victime et lorsque la fête, qui a eu lieu dans la salle du conseil de district, a touché à sa fin, les trois ont décidé de rentrer à pied. La mère poursuit:

Garçon la in propose pou raccompagne zot. Zot pann doute li à auken moment. Mais ene kou, linn nek risse mo tifi derrière ene bâtiment. Linn batte li. Mo tifi ti p lutter mais garçon la in tire ene cutter, lerla linn viol li. Mo tifi ti p crier à l'aide, dimounes in tann li, mais personne pann aide li.

Pendant ce temps, l’amie de sa fille a accouru chez les parents de cette dernière pour les prévenir.

Toute suite noun sorti pou rode mo tifi. Nous pas ti encore koner kin arriver.

La victime a finalement pu rentrer chez elle, en larmes.

Li pas ti p kav kozer. Kan monn demande li si garçon la in faire li dimal, linn répon avec laraz. Mon amen li l'hôpital toute suite.

Le médecin de l’établissement a confirmé que la jeune femme a été violée.

Le présumé agresseur était, lui, en cavale pendant environ un mois. Mais il aurait envoyé des menaces à la famille de la jeune femme. La mère raconte:

Monn croise ar li plusieurs fois. Linn même vinn lakaz kot mwa pou menace nous.

Même si le jeune homme a été arrêté, la jeune femme ne se sent toujours pas mieux et elle ne cesse de faire des cauchemars la nuit.

Mo tifi pas kav manger boire. Li pas kav dormi asoir. Li reste faire cauchemar. Mo léker fer mal.