Décès d'un bébé: Le père pointe du doigt une clinique

You can also highlight the text to listen to it.

“Docteur la in trop tardé pou tire zenfant la.” C’est ce que martèle Youkesh Ramluckhun.




Ce Quatre-Bornais pointe du doigt les procédures administratives trop compliquées d’une clinique et allègue que cela a retardé l’accouchement de sa femme et a causé le décès de son bébé, hier vendredi 8 septembre.

Le père de famille a porté plainte au poste de police de Moka. Selon les dires de cet homme de 35 ans, sa femme avait eu une légère complication au début de sa grossesse:

Loading...

Tou ti korek par la suite ek docteur ki ti p faire suivi mo madame ti prévoir ki li pou accouche par césarienne lé 3 septembre. Mais finalement lin répousse date la pou lé 8 septembre.

Toutefois, quand ils sont arrivés à la clinique vers midi, la responsable a indiqué aux futurs parents qu’il fallait payer la totalité de la note de frais avant de pouvoir poursuivre avec l’accouchement. Youkesh raconte:

Zot in faire mwa tourne en rond pendant plus ki 1 heure temps ek zot pas ti p rode admette mo femme dans la salle parski mo ti bizin paye Rs 85 000 emplace. Kot ou kwar mo ti pou ena ca kantité cash la lor mwa ?

Une fois le paiement effectué, le médecin a ausculté l’épouse du trentenaire et a estimé que les battements du coeur du bébé étaient faibles. Youkesh explique que le personnel a emmené sa femme en salle d’opération en quatrième vitesse par la suite, mais 40 minutes plus tard on devait lui annoncer que le bébé n’avait pas survécu.

Youkesh estime que la clinique a fait preuve de négligence médicale. Une enquête a été ouverte au niveau de la police. L’autopsie du bébé sera pratiquée aujourd’hui.