De nouvelles créatures étranges découvertes au large de la côte australienne


Des poissons sans visage, des araignées géantes ou des cochons de mer, telles sont quelques-unes des créatures étranges qui ont récemment été découvertes lors d’une expédition inédite en haute mer le long de la côte est australienne.




Plus d’un tiers des espèces découvertes n’ont jamais été observées auparavant et sont nouvelles pour la science. Les découvertes ont été faites par une équipe internationale de scientifiques menée par le Dr Tim O’Hara du Museums Victoria à bord d’un navire de recherche appartenant à la Marine nationale Australienne, partant de Launceston, en Tasmanie, le 15 mai dernier, jusqu’à Brisbane, dans le Queensland. Ce fut un voyage d’un mois environ durant lequel le navire aura parcouru les eaux du bord oriental de la plaque continentale australienne, un habitat sombre et largement inexploré où l’océan descend soudainement à quatre kilomètres de profondeur. Dans ces abîmes, des créatures étranges évoluent : des crabes recouverts d’épines, des poissons sans tête ou encore des araignées géantes.

Au cours de ce voyage, les scientifiques ont tenté de garder les spécimens vivant à bord, maintenus dans des aquariums pour étudier leurs adaptations uniques à l’environnement obscur et glacial de l’abîme. Ils ont également pris quelques photos pour montrer au monde ce qui vit profondément dans les réserves maritimes de l’Australie:

Loading...
Le Sloane’s Viperfish, une espèce étrangère qui vit dans l’océan profond.

Le Humpback Blackdevil qui utilise une lumière bioluminescente pour attirer son déjeuner.

Le Deepsea Lizardfish, l’un des plus grands prédateurs de ces abysses qui n’hésite pas à manger tout ce qu’il rencontre.

Ce crabe épineux retrouvé à 4 km de profondeur.

Un scotoplane étrange — également connu sous le nom de cochon de mer.

Les créatures des profondeurs en vidéo:

L’enquêteur est un navire de recherche long de 93,9 mètres capable de parcourir 10 000 milles nautiques en un seul voyage, transportant jusqu’à 40 scientifiques et personnel de soutien, de l’équateur au bord à l’Antarctique. Le navire, achevé en 2014, aura coûté plus de 120 millions de dollars, investis dans la recherche atmosphérique, océanographique et biologique.

Source: New Scientist