Dans une école spécialisée: Un enfant autiste “brutalisé” par le personnel

You can also highlight the text to listen to it.

L’élève aurait été giflé à deux reprises et se serait enfui alors qu’il était en classe. Sa mère blâme un “carer” de l’établissement, qui refuserait de s’occuper du petit.




L’enfant de dix ans, autiste, est revenu avec des griffures sur le visage, montre sa mère.

Marie* ne sait plus à quel saint se vouer. Elle soutient que son fils de dix ans, autiste, a été malmené dans une école gouvernementale pour enfants à besoins spéciaux dans l’Est. Elle a constaté une blessure au visage du petit.

Elle a porté plainte au poste de police de Flacq, le 17 juillet. Et le 18 août, elle a contacté plusieurs autorités lorsque ce dernier s’est enfui de l’établissement.

Loading...

Selon elle, c’est le carer de l’école qui est à l’origine des malheurs de son fils. Marie revient sur le fil des événements. Le 23 juin, elle a reçu un appel de la directrice de l’école:

Lin dire mwa ki mo garçon in gagne ene calotte ar ene so camarade classe. Mo pan trop faire attention ca ler la parski ban zenfants ca. Mais 1 heure temps après, mo gagne ene lot call dépi ene lot staff. Li dire mwa ki c'est carer la kin claque mo zenfant.

Marie a alors décidé d’attendre que l'enfant rentre de l’école. Et lorsque celui-ci est revenu, il avait des traces de doigts au visage. Marie poursuit:

Mo garçon pas ti p kav kozer. Mon mari en colère mais mo pan dire ou faire nanyen parski li ti gagne 3 zours congé après ca incident la.

Toutefois, le 17 juillet, elle a, une fois de plus, constaté des griffures au visage de son fils:

Ca fois la mon al porte plainte la police toute suite.

Mais un mois plus tard, aucune mesure n’a été prise contre l’établissement. D'après Marie, le carer refuse de veiller sur son fils, qui est vulnérable:

Lé 17 août, ene médiateur l'école la in call mwa pou dire mwa ki mo zenfant in sauvé dépi dans classe. Ban policiers in bizin aide ban staff la pou rattrape li lor chemin.

Le 18 août, une réunion a eu lieu entre la Parent-Teacher Association (PTA) et des inspecteurs du ministère de l’Éducation. Marie raconte:

Mo mari ti présent dans réunion la. Ban professeurs in dénonce 2 lot cas maltraitance ar ban zenfants.

C’est alors que cette mère a décidé de contacter les autorités concernées. Elle a écrit à Autisme Maurice, sur le Government Portal et à l’Equal Opportunities Commission. Ceux-ci ont référé le cas à l’Ombudsperson for Children.

De son côté, Géraldine Aliphon, directrice d’Autisme Maurice, soutient qu’elle suit cette affaire de près:

Cet incident est impardonnable. Il s’agit d’un enfant autiste qui aurait dû avoir toute l’attention nécessaire. J’ai envoyé une lettre à l’Ombudsperson for Children et je ferai le suivi.

Deenesh Seeharry, l’attaché de presse du ministère de l’Éducation, nous a fait la déclaration suivante:

Le Zone Directorate s’est saisi de l’affaire et une enquête sera initiée. Les actions nécessaires seront prises.

* prénom modifié