“On se sert des juges pour se faire du capital politique.” Pour l’entourage de l’ancienne présidente de la République, la convocation d’Ameenah Gurib-Fakim à l’ICAC, mercredi 16 mai, et l’annonce de la composition de la commission d’enquête, le même jour, ne relèvent pas d’une coïncidence.
Ameenah Gurib-Fakim

Ce proche de l'ex-présidente nous déclare :

Il va falloir attendre les attributions de cette commission pour savoir si les auditions se dérouleront in camera ou seront ouvertes au public.

Il y aurait, selon cette même source, non seulement une tentative d’humilier davantage l’ancienne chef de l’État mais aussi d’essayer d’avoir la peau de certains adversaires politiques.

Me Hervé Duval, l’avocat qui défend Ameenah Gurib-Fakim devant l’ICAC, attend également la publication des terms of reference de la commission d’enquête pour monter la défense de sa cliente. L'homme de loi explique :

Par respect envers la commission d’enquête, on ne fera aucun commentaire à ce stade. Pas avant qu’elle ne dépose devant cette instance.

Au niveau de la State House, hier soir, aucune indication sur le calendrier établi ne filtrait. Une source nous affirmait :

Ce ne sera pas de sitôt.

Au PMO, autre son de cloche. Un conseiller du Premier ministre nous a déclaré :

Les attributions sont déjà finalisées et elles devraient être rendues publiques sous peu.

Ces attributions ont été élaborées par le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo et les ministres Anil Gayan et Maneesh Gobin.

Tout semble indiquer que les séances de la commission d’enquête seront publiques. Lors de sa conférence de presse, le 23 mars, Pravind Jugnauth avait déclaré qu’il ne voyait aucun inconvénient à ce que tel soit le cas.

La commission d’enquête devra établir s’il y a eu usurpation de pouvoir et complot de la part d’Ameenah Gurib-Fakim pour déstabiliser le gouvernement. Cela après qu’elle a décidé de la mise sur pied d’une commission d’enquête pour examiner l’affaire Sobrinho, le 17 mars dernier.

Pour ce qui est de l’enquête de l’ICAC, l’ex-présidente sera de nouveau interrogée sur son implication dans les investissements de l’homme d’affaires angolais, à Maurice.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations