Christine Lagarde: “Maurice a le potentiel de se positionner en pôle africain”


Maurice a le potentiel de devenir le pôle des activités bancaires transfrontalières, selon la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde, qui a souligné cependant l’importance d’une bonne régulation.




Christine Lagarde

La direction générale du FMI pense que Maurice peut aspirer à devenir un acteur majeur dans les activités bancaires transfrontalières en Afrique. Christine Lagarde s’exprimait, à Ébène, à l’issue d’une conférence sur ce sujet organisée par l’Africa Training Institute (ATI), un centre de formation régional du FMI basé à Ébène. « Le rôle de Maurice est historiquement d’être un lieu d’échanges, de passages et de transits, comme c’était le cas au XVIIe siècle. Aujourd’hui, les choses ont changé. […] Nous sommes maintenant dans un monde financier où la technologie, l’utilisation des données et la capacité de communiquer rapidement sont très importantes », a-t-elle affirmé.

Loading...

Ajoutant : « Maurice a sans aucun doute une carte à jouer dans un environnement sur le plan des régulations bancaires, du contrôle et de la supervision des institutions, quels que soient leurs modes de fonctionnement, y compris dans des mécanismes sophistiqués utilisant de la haute technologie, bien régulé et supervisé, et toujours dans une période d’ajustement. Cela correspond à l’histoire de l’île et la volonté politique du gouvernement mauricien ».

Christine Lagarde a cependant insisté sur la nécessité d’un environnement bien régulé au niveau de la place financière. Au niveau de l’Afrique continentale, elle a soutenu l’importance de l’utilisation du « mobile banking », citant l’exemple du Kenya, où 70 % de la population est bancarisée et où 98 % des transactions se font à travers les téléphones portables, et souligné l’importance d’une bonne infrastructure de télécommunications en Afrique.