Camp-de-Masque-Pavé: Le corps de Karrim Hossany, mort dans les années 30, encore intact !

You can also highlight the text to listen to it.

Jamais évènement n’a suscité autant d’intérêt que celui de la découverte d’un corps encore intact après plus de 80 ans. En effet, un groupe de personnes du village de Camp de Masque Pavé a fait une découverte extraordinaire le jeudi 12 janvier 2017 dans un petit cimetière situé en haut de la montagne Ameerun, selon nos confrères de Star Press.




Ils avaient pour tâche de fouiller une tombe de plus de 80 ans qui renfermait la dépouille d’un dénommé Karrim Hossany connu comme Karrim Mastan, mort dans les années 30, pour y enterrer une autre personne décédée le 12 janvier. Cependant, en enlevant le monticule de terre, ils s’aperçoivent que les planches sont encore en bon état. Ils ne savent pas encore que sous celles-ci, le corps de Karrim Mastan est encore intact. Quand ils enlèvent la première planche ils constatent que le linceul (drap mortuaire) est blanc sans aucune trace de terre.

Loading...

Poussant leur curiosité à l’extrême ils enlèvent une deuxième planche. « Nous trouve la toile blanc ti ouvert lors so la tête et so cheveux ti pe dépassé en dehors », nous dit un témoin. Choqués par cette découverte ils sont décontenancés et ne savent pas comment procéder. Ils prennent la décision de stopper l’excavation de la tombe et demander conseil aux religieux.

Pendant ce temps, l’un des fossoyeurs de circonstance présent lors des fouilles glisse sa main à l’intérieur du linceul pour toucher le corps. « So forme le corps ti pareil couma dire fek enterré », laisse-t-il entendre. Alors qu’ils attendaient une réponse d’un homme religieux, un autre, au nom de Sadek Nazrally, présent au moment de la fouille, demande qu’on referme la tombe. La décision est prise de fouiller un autre fossé pour mettre en terre Zaida Dewanath, décédée dans l’après-midi.

Un proche parent de Karrim Mastan, Dawood Dewanuth, lui aussi présent, nous raconte qu’il a été choqué quand on lui a demandé de voir les cheveux en dehors du drap. « Mo finn choqué. Mo la tête fatigué. Zamais mo pas finn trouve ene zafer koumsa. Asoir mo pas gagne sommeil, mo reste pense ca grand dimoune la », dit-il. « Mo ti apran ki li ti p faire miracle et li ti construire masjid », ajoute-t-il. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre à travers le village et à l’heure du mayyat après le namaz Assar, une petite foule a tenu à accompagner le cercueil de Zaida Dewanath au cimetière pour chercher confirmation. Plusieurs personnes présentes ont fait une prière sur place avant de descendre au village pour annoncer la nouvelle.

Les volontaires de Camp de Masque Pavé

À chaque mise en terre d’un habitant du village, un groupe de personnes de la famille du défunt est présent pour fouiller la tombe. Ce jour-là, vers 17h00 , une équipe composée de Reaz Lungut, Imteaz Lungut, Reza, Shameer Lalloo, Showkut Khodabaccus, Zaoudeen Ginowry et Fezal Madhoo était présente au cimetière Ameerun pour la fouille.

Tour à tour, les volontaires ont enlevé la terre qui était dure. Après une demi-heure d’efforts soutenus, ils aperçoivent les planches encore en bon état. « Nous habitué fouille kabar et nous koner ki planche pourri. Mais dans ca kabar la, so planche ti encore neuf ek kan nous enlève premier ek deuxième, nous gagne frisson », nous raconte le principal témoin, Reaz Lungut.

Ils découvrent que le linceul est encore en parfait état et les cheveux blancs de Karrim Mastan en étaient sortis. Choqués, ils décident de ne pas l’ouvrir complètement. Ils font venir des personnes plus âgées dont Dawood Dewanath, Sadeck Nazrally et Belal pour leur montrer le corps encore intact. Ils décident alors de refermer la tombe et plantent quelques plantes. Reaz Lungut confie qu’il n’a pas eu peur. « Mo croire ki Allah ki finn choisir nous groupe pou trouve ca miracle la ek ki so bénédiction pou rapporte nous », conclut-il.

Source: Star Press