Aurélie : Pute et alors ?

You can also highlight the text to listen to it.

Dézinguez vos préjugés : les travailleuses du sexe ne vendent pas toutes leur corps parce qu’elles sont pauvres, sous l’emprise de la drogue ou d’un macro violent. La majorité, selon Parapli Rouz, le font par choix. Pour Aurélie, l’une d’elles, c’est un emploi comme un autre. Elle demande, d’ailleurs, qu’on la laisse travailler en paix.




Aurélie, 31 ans, n’est ni alcoolique, ni droguée. Elle paraît frêle. Si bien qu’on a du mal à croire que cette femme, déjà mère de deux garçons, de 13 et 4 ans respectivement, ait accouché d’une petite fille il y a un mois. Elle nous raconte à propos de cette grossesse inattendue:

Ler p casse ene ti yen ca, linn vinn ene gros yen.

Généralement peu loquace, elle a accepté de nous en dire plus sur son métier en raison des liens qu’elle entretient avec Parapli Rouz, ONG offrant depuis 2015 un soutien légal et éducatif aux prostituées. Des liens solides qui lui font dire:

Vaut mieux gagne zafer ar camarades ki famille. Mo famille c'est ici.

L’on sent en elle une colère refoulée. Elle le reconnaît. Ce sentiment est motivé par le fait qu’au moment de son accouchement, il y a un mois, l’infirmière a révélé à sa famille qu’elle était séropositive.

Ca finn vinn ene palabre. Monn assizé monn ploré. Ca même mo ena colère dans mwa.

Loading...

Aurélie est originaire de Port-Louis. Elle et sa soeur ont été élevées par leurs grands-parents maternels. Elle explique:

Papa ti dans prison. Mama pas même koner kot li ti été.

Elle a été scolarisée jusqu’en Std V. C’était son grand-père qui travaillait dans les docks et sa grand-mère qui était employée d’hôpital qui pourvoyaient à leurs besoins jusqu’à l’âge adulte. À un moment, elle fréquente un homme qui, en sus de la malmener, lui fait un enfant avant de la laisser en plan en le découvrant.

Nous ti bien roule ensam mais ler boug la in koné mo enceinte, linn allé sans dire nanyen.

À la mort du grand-père, la santé de sa grand-mère se détériore.

Mo grand-mère ti ena 93 ans ek ler li tombe malade, c'est lerla ki mo commence tracer.

Subit-elle l’influence d’amis pour en arriver là ? Pas du tout.

Monn commence faire li par mo propre volonté.

Que savait-elle alors de ce métier pour le privilégier plutôt qu’un autre emploi ?

Mo trouver. Ler mo passe par ene chemin, mo trouver. Ler mo al danser, mo trouver. Monn trouvé ki mo kapav faire li pou mo gagne mo dipain.

Elle se rend donc en discothèque à Grand-Baie. Elle a beau trasé depuis huit ans et avoir eu un nombre incalculable de clients, elle n’oublie pas le premier, un Réunionnais.

C’est dans un pensionnat qu’elle ramène ses clients. À force, elle a établi son emploi du temps qui lui permet de travailler et de s’occuper des siens. Ainsi, elle trasse de mercredi à dimanche, levant des clients dans une discothèque du nord de l’île.

Les mauvais jours, elle ne se fait qu’un client. Ce qui lui rapporte environ Rs 1 500. Les jours de chance, cela peut aller jusqu’à quatre clients par nuit. Le montant le plus important qu’elle ait ramené après une nuit de travail intense est Rs 12 000.

Une autre idée reçue, c’est que ce sont des pervers et autres sadiques qui font appel aux prostituées.

Pas zis ti dimoune ki vinn guette nous. Ena zom maryé, ena dimoune ki travaille dans grand bureau. Tou dimoune koner ki appelle gagne bon.

Elle sait qu’elle pratique un métier à haut risque mais elle refuse de prendre un macro, préférant le travail en solo.

Client in déjà violent. Ena 2 façon zot violent au fait. Ena ki pas lé mette préservatif. Ek ca mo réfusé. Ena ki rode batter. Mo bizin fini arrange mwa ar missié lor réception la. Mo dire li si tann mwa crier, li servi so double la clé, li ouvert la porte ek vinn tire mwa.

N’a-t-elle jamais craint pour sa vie ?

Mo pas peur. Mo demande Bon Dieu courage.

Elle a déjà eu maille à partir avec “ene gros la police”, qui a débarqué matraque en main alors qu’elle était assise, en bonne compagnie, sur la plage de Pereybère.

Nous ti p zis assizer. Ca gros la police la in zour nous ek in rode batte nous ar so matraque. Noun oblizé sauver.

Elle n’a jamais été embarquée par les policiers.

Mo pankor koner ki v dire casso. Mais pas kapav dire zamais.

De toutes les façons, elle n’aime pas les policiers en raison de ce qu’elle entend ses semblables raconter et ce dont elle a été témoin dans le pensionnat qu’elle fréquente.

Ena bann réquins (NdlR : des flics) ki ler ca arrange zot, zot prend twa ek zot amenn twa dans lasam. Zot faire chantage ar twa : faire zot ene short (NdlR : fellation) ek si to réfuser, to al dans casso. Parfois to faire tou mais ca pas empêche zot fou twa endans. Ena kout, zot rasse cash ar bann tifi la ek to al koumsa em. Trouve zot boukou ler la fin du mois approcher, vers lé 26, 27, 28 parla.

Sont-ils en uniforme ?

Non, zot en civil.

Comment savoir s’ils sont vraiment des policiers ?

To guette zot style to fini koner. Zot ena figir ki reste dans la tête.

Aurélie n’a pas dit au père de sa fille qu’elle était une prostituée. Et même si cet homme voulait l’épouser, elle refuserait.

Mille fois mo ena 4-5 mouton ki mo ena ene gros boeuf saignant ar mwa ek ki batte mwa.

Ses fils non plus ne savent pas comment elle gagne sa vie.

Mo dire zot mo p al travail ek travail mo faire pas concerne zot.

Et dans sa tête, il s’agit d’un métier comme d’un autre.

Li pareil kouma tou travail. Ena al vann légumes lor la gare, mwa mo vann mo lécorps, mo pas gagne droit ?

Elle se dit fière de son travail et d’elle.

Mo marcher la tête haute. Ler dimoune dire mwa pi*in lor chemin, mo riyé. Ena ki dire: Ki manière pi*in ? Mo dire : Korek ca. Ler dimoune dire mwa mo p al donne fesse, mo dire : Korek sa, to lé mo amenn to mama ! Mo envi dire dimoune laisse nous travaille en paix. Mo p travaille kouma tou dimoune, mo pas p kokain. Zot bizin sanz zot regard lor nous…