Arabie saoudite: Les femmes fuient de plus en plus le royaume

You can also highlight the text to listen to it.

En quête d'une vie meilleure, hors d'un royaume particulièrement sévère à leur égard, de nombreuses saoudiennes quittent désormais leur pays.




Excédées d'être traitées comme des mineures toute leur vie, les femmes sont de plus en plus nombreuses chaque année à quitter l'Arabie saoudite, explique The Economist. Certains ajustements opérés récemment par le régime saoudien trahissent ses difficultés sur la question des femmes. Accusées d'être trop rétrogrades et coercitives à l'égard de la gent féminine, les institutions ont récemment placé deux femmes à la tête de deux grandes banques, et une autre dirige à présent le Tadawul, la Bourse locale.  

L'accord du tuteur masculin, le wali (ou "gardien") n'est plus requis pour qu'une femme exerce quatre types d'activités: vendeuses dans un magasins de vêtements, ou employées dans des parcs d'attractions, par exemple. Quelques menus arrangements (ne remettant cependant pas en cause le port de l'austère abaya, longue robe recouvrant presque entièrement le corps) avec la tenue vestimentaire ont aussi été autorisés, et des permis de mobilité non accompagnées pendant 5 ans octroyés.

Loading...

Un quotidien corseté

Mais ces quelques modifications pèsent peu au regard d'un quotidien encore très corseté pour les femmes, réduites à attendre le consentement de leur gardien, qu'il soit leur mari, leur père, leur frère, en presque toutes choses. Le domaine de la mobilité et du transport cristallise d'ailleurs ces frustrations. Les femmes n'ont ainsi pas le droit de conduire. Elles ont encore besoin de l'approbation du tuteur pour se faire soigner à l'hôpital, obtenir une carte d'identité...ou même quitter la prison une fois leur peine purgée. 

Lassées de ces difficultés, de nombreux moyens sont employés pour prendre le chemin de l'exil et trouver de meilleures conditions ailleurs. Certaines femmes profitent ainsi d'un voyage familial à l'étranger, d'autres nouent des mariages arrangés à l'extérieur des frontières saoudiennes via des sites matrimoniaux clandestins. D'autres décident tout simplement de ne pas rentrer à l'issue des études à l'étranger que finance le gouvernement. C'est d'ailleurs cet élément qui fait réfléchir l'Etat saoudien au sujet de réformes. Sur 150 000 étudiants envoyés vers un autre territoire chaque année, plus d'un quart est composé d'étudiantes. Un exil définitif de certaines d'entre elles posent donc un problème financier très terre-à-terre au royaume.

Difficile d'établir un chiffre précis pour ce phénomène aux formes diverses mais selon le sociologue Mansour al Askar, cité par l'article, elles sont plus de 1 000 à s'expatrier. Et la tendance s'amplifie. D'autres, plus nombreuses, vont habiter à Djeddah, ville de l'ouest du pays, réputée plus libérale. Selon des théologiens musulmans, en délicatesse avec les autorités wahhabites du pays, cette politique très dure à l'égard des femmes tient moins à l'islam qu'à des traditions bédouines ancestrales. Le wahhabisme, doctrine radicale fondée dans la péninsule arabique au XVIIIe siècle, est au coeur du régime saoudien. Ce courant de pensée est très controversée au sein du monde musulman.

Source: BFM TV