Arabie saoudite: Bientôt des bikinis sur des plages de luxe... et le voile obligatoire partout ailleurs

You can also highlight the text to listen to it.

Pour sortir du modèle du “tout pétrole”, l'Arabie saoudite régie par la charia investit dans le tourisme, à tout prix, quitte à autoriser le bikini dans une future station balnéaire de luxe sur la mer Rouge. Ailleurs, le port de l'abaya noire reste impérative.




Des bikinis en Arabie Saoudite, c'est une première historique. Un immense complexe hôtelier de luxe comprenant de nombreuses plages autorisera les femmes à se baigner en maillot de bain deux pièces dans le royaume ultra-conservateur.

Ce gigantesque projet balnéaire sur 50 îles naturelles et vierges et 200 km, dans un lagon sur la mer Rouge, n'ouvrira pas avant 2022. Le prince héritier du trône saoudien, Mohammed ben Salmane, et actuel vice-Premier ministre l'a annoncé cet été.

Loading...

Des "lois spéciales" uniquement sur ce site

En Arabie Saoudite, les femmes sont tenues de sortir en public vêtues d'une abaya noire, l'habit traditionnel qui les recouvre de la tête aux pieds. Récemment, une publicité pour piscine avait remplacé les femmes en maillot de bain par des ballons gonflables. Les hommes et les enfants avaient quant à eux été "rhabillés". Au mois de juillet, une jeune femme a défrayé la chronique pour être apparue non voilée, en manches courtes et jupe au-dessus du genou dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Elle avait été arrêtée, interrogée par la police avant d'être relâchée. 

Mais comme le rapporte The Telegraph, le port du bikini sera autorisé grâce à la mise en place de "lois spéciales, en conformité avec les normes internationales", applicables uniquement sur ce site. Rien n'a encore été précisé quant à l'alcool, en principe totalement proscrit. Le site serait même "semi-autonome", selon Bloomberg.

Pas de visa pour les touristes

Le début de la construction est prévu pour 2019. Les voyageurs étrangers n'auront pas besoin de visa et pourront s'y rendre directement. Ce projet fait partie du plan Vision 2030, qui vise à diversifier l'économie du royaume wahhabite, aujourd'hui tributaire du pétrole. L'Arabie saoudite espère attirer ainsi un million de visiteurs par an d'ici 2035. "Cela placera l'Arabie Saoudite sur la carte du tourisme de luxe international", selon le fond public d'investissement saoudien, qui a initié le projet.

Alors que le tourisme s'est effondré chez son voisin égyptien en raison de la multiplication des attaques terroristes, l'Arabie Saoudite assure que ce resort, "un endroit extrêmement sûr et sécurisé", "assurera la protection de ses visiteurs tout en leur offrant les meilleures prestations internationales".

Un chanteur arrêté pour un dab

En Arabie Saoudite, la condition des femmes évolue timidement. En 2015, elles ont eu le droit de vote et d'être élues - seulement aux élections municipales. Le gouvernement tente par ailleurs d'améliorer l'éducation offerte aux filles, en leur permettant notamment d'étudier à l'étranger via des bourses. En début d'année, la directrice générale de NBC Capital est devenue la première femme à la tête de la Bourse de Riyad. Au printemps, les Saoudiennes ont été autorisées par décret royal à effectuer différentes démarches administratives sans besoin de tuteur.

Mais le royaume reste ultra-conservateur. Il y a quelques semaines, un chanteur a été arrêté par la police après avoir fait un dab, un geste qui "représente un danger pour la jeunesse et la société". Et a été contraint de présenter ses excuses. Elles n'ont pas le droit de conduire et ont besoin de l'accord d'un tuteur masculin pour travailler, faire des études ou voyager. En 2013, selon l'ONU, une Saoudienne sur cinq seulement était présente sur le marché du travail.