Ameenah Gurib-Fakim reçoit le Prix d’excellence en botanique

L’ABC Norman R. Farnsworth 2016 a été décerné le 9 mars 2017 en Californie (États-Unis) à la présidente de la République de Maurice. Ce Prix d’excellence de l’American Botanical Council (ABC) a été fondé en 2006 et les récipiendaires sont choisis en fonction de leurs contributions à la communauté botanique au cours de l’année précédente.




Ameenah Gurib-Fakim

« L’American Botanical Council est profondément honoré de pouvoir reconnaître les excellents efforts ethnobotaniques, pharmacognostiques et de conservation ainsi que les publications de Son Excellence le Dr Ameenah Gurib-Fakim », a déclaré Mark Blumenthal, le fondateur et directeur d’ABC. « Son travail infatigable sur les plantes médicinales dans l’océan Indien et la région de l’Afrique de l’Est a déjà remporté plusieurs médailles à l’échelle internationale. Je suis certain que le regretté Pr Farnsworth approuverait fortement le choix d’ABC d’attribuer au Dr Gurib-Fakim son prix éponyme. » Décédé en 2011, le chercheur Norman R. Farnsworth, membre du College of Pharmacy de l’Université de l’Illinois à Chicago, a été l’un des membres fondateurs du conseil d’administration d’ABC.

Loading...

Avant d’être élue présidente de la République de Maurice en juin 2015, Ameenah Gurib-Fakim a travaillé comme directrice générale du Centre international de développement pharmaceutique (CIDP) où elle a fait des recherches sur les plantes médicinales indigènes de Maurice et de l’océan Indien. « Son travail sur la chimie, la bioactivité et les usages médicaux des plantes médicinales d’Afrique et de l’océan Indien représente l’essence même de ce que cette récompense entend reconnaître: une carrière exceptionnelle dans la recherche en pharmacognosie », a souligné Stefan Gafner, directeur scientifique d’ABC.

« La biodiversité et les systèmes de savoirs indigènes soutiennent la vie sur terre », a pour sa part déclaré Ameenah Gurib-Fakim. « La biodiversité unique de l’Afrique continuera à offrir à l’humanité de nouvelles pistes et de nouveaux médicaments, à condition de conserver, de documenter et de valider les connaissances traditionnelles associées aux plantes médicinales. »

Source: Info Maurice