Affaire Choomka : L’ICAC interroge des officiers de l’IBA

You can also highlight the text to listen to it.

Ce qui intéresse de près l’ICAC : comment l’ex-directrice de l’IBA aurait pu utiliser sa position pour agir comme intermédiaire des investisseurs étrangers, soit le Ghanéen Jerry Brassfield et le Coréen Soo Song Lee.




Youshreen Choomka

L’ICAC, qui a été saisie de l’affaire Youshreen Choomka par le Premier ministre depuis une semaine, a convoqué, hier mardi 10 avril, quatre employés de cette instance, dont une réceptionniste et un chauffeur. Ce faisant, la commission reconstitue le dossier, qui comprend des éléments du Fact-Finding Committee présidé par Prameeta Devi Rasheela Goordyal-Chittoo. Outre les interrogatoires, ils devront recueillir des documents incriminants.

Pour rappel, Youshreen Choomka a démissionné de son poste de directrice de l’IBA, à la suite des révélations dans la presse. Celles-ci mettaient en lumière son rôle de courtière auprès de Jerry Brassfield, un homme d’affaires du Ghana. Ce dernier, qui dirige une compagnie engagée dans l’achat et la vente de carburants et d’autres projets énergétiques, lorgne une demi-douzaine de projets dans le pays, dont celui d’une ferme éolienne. C’est d’ailleurs ce projet qui a fait éclater le scandale.

C’est par mail et via WhatsApp que Youshreen Choomka a guidé Jerry Brassfield, lui a donné des instructions et aussi le montant de ses frais pour faire avancer les projets. En retour, de l’argent était versé sur son compte bancaire.

Le ressortissant ghanéen voulait la technologie proposée par le Dr Soo Song Lee (directeur de Koland Natural Resources Development Co. Ltd) pour le parc éolien. Mais les choses se sont ensuite gâtées. Jerry Brassfield et son équipe ont soupçonné que Youshreen Choomka les a doublés et a proposé ses services directement au Dr Lee Soo Song.