La liste des fois où un politicien a proféré ou reçu des menaces

You can also highlight the text to listen to it.

La déclaration “choc” de Showkutally Soodhun ne cesse de faire polémique. Ce n’est pourtant pas la première fois que de telles menaces sont proférées par des politiciens, que ce soit au Parlement ou ailleurs. En voici quelques exemples...




Dinesh Ramjuttun

Dinesh Ramjuttun

En avril 1998, l’ancien ministre de la Sécurité sociale, Dinesh Ramjuttun, mène son action politique en solitaire. Durant la campagne électorale de la partielle à Flacq/Bon-Accueil, après le décès du ministre Gian Nath, il tient un meeting à Lallmatie. Son rassemblement est perturbé par un certain Manan Fakhoo qui menace de tirer des coups de feu si Dinesh Ramjuttun ne met pas fin à son meeting.

Loading...

Paul Bérenger

Paul Bérenger

En deux occasions, des coups de feu ont été tirés en direction de Paul Bérenger, alors secrétaire général du MMM. Une première fois en 1970 et une seconde fois en 1980.

Le samedi 19 septembre 1970, soit la veille de l’élection partielle à Pamplemousses/Triolet, des incidents ont lieu devant la municipalité de Port-Louis. Les partisans du maire Norbert Poupard, membre du PMSD, sont dans la cour de la mairie. Vers 15 heures, Paul Bérenger arrive à Port-Louis, à la tête d’un cortège de voitures.

Des heurts ont lieu entre les partisans devant l’hôtel de ville. Un coup de feu est tiré. Heureusement, il n’y a pas de blessé. Toutefois, Paul Bérenger et son garde du corps, Fareed Muttur, sont arrêtés. Ils seront libérés le lundi après la proclamation de la victoire de Dev Virahsawmy, le premier député du MMM.

Le scénario se répète presque à l’identique dans la matinée du vendredi 2 juin 1980. Paul Bérenger sera visé pour la seconde fois. L’incident a lieu une nouvelle fois devant l’hôtel de ville de Port-Louis. Le secrétaire général du MMM va à la mairie et prévoit de se rendre, par la suite, en cour, où se déroule l’enquête judiciaire sur l’incendie du Mauricien, aussi appelée “l’Affaire Sheik Hossen”.

À un moment donné, un accrochage a lieu entre les partisans du MMM et ceux du PMSD, regroupés devant l’étude de Me Gaëtan Duval, à la Galerie Rémy Ollier, en face de l’hôtel de ville. Des coups de feu sont tirés. Ni Bérenger ni aucun militant n’est atteint, mais deux employés municipaux sont touchés.

Source: L'Express