Démission de Ravi Yerrigadoo: Réactions des personnalités du pays

You can also highlight the text to listen to it.

La déposition à l'ICAC, hier mercredi 13 septembre, de Husein Abdool Rahim semble avoir eu raison de l'ancien Attorney General Ravi Yerrigadoo. Le Premier ministre Pravind Jugnauth lui a demandé de quitter son poste. Au profit de Maneesh Gobin.




Navin Ramgoolam, Ajay Gunness et Yatin Varma.

Dans le sillage de cette affaire, voici la réaction de quelques personnalités du pays:

Loading...

Navin Ramgoolam, ancien Premier ministre

Navin Ramgoolam, ancien Premier ministre Navin Ramgoolam

Comme je l’avais dit, Ravi Yerrigadoo devait démissionner. Je suis satisfait que le Premier ministre ait suivi mon conseil. Pour moins que cela, j’avais demandé à mon Attorney General de se retirer. Aujourd’hui, Yerrigadoo est si indéfendable qu’il a dû démissionner. C’est le troisième ministre que Pravind Jugnauth perd. J’espère que les institutions fonctionneront en toute indépendance.

Ajay Gunness, secrétaire général du MMM

Ajay Gunness, secrétaire général du MMM Ajay Gunness

Il aurait dû se retirer depuis mardi, suivant la série d'articles de presse, au lieu d'attendre que le PM le lui dise. En l'espace de deux ans et demi, il y a eu des allégations et des scandales impliquant trois ministres: Vishnu Lutchmeenaraidoo, Raj Dayal et Ravi Yerrigadoo. Ce gouvernement est comme une pirogue qui coule. Il ne devrait pas faire couler la population avec lui. Si le Premier ministre est quelqu'un qui a de l'envergure, il devrait organiser des élections dénérales pour que le peuple prenne son destin en main.

Yatin Varma, avocat et ancien Attorney General

Yatin Varma, avocat et ancien Attorney General Yatin Varma

Cette démission était long overdue. Il avait dit qu’il ne comptait pas démissionner et qu’il avait le support du Premier ministre. Je ne sais pas ce qui s’est passé durant ces 24 heures, mais ce qui m’intrigue, c’est le temps qu’il a pris pour le faire. Mo j’ai renoncé à mon poste dès qu’il y a eu des allégations contre moi. Étant donné que cela a une ramification internationale, j’espère que les institutions puissent bénéficier de l’aide internationale. Il ne faut pas oublier qu’un affidavit a été juré. 

Roshi Bhadain, avocat et leader du Reform Party

Roshi Bhadain, avocat et leader du Reform Party Roshi Bhadain

En tenant compte des allégations graves, la décision de step down est bonne dans la mesure où, de par ses fonctions, l’Attorney General interagit avec le commissaire de police et l’ICAC. Il est nécessaire qu’une enquête indépendante soit menée. La presse et les citoyens doivent veiller qu’il n’y ait pas de tentative de cover-up, surtout lorsqu’on sait que les institutions de Maurice ne sont pas forcément indépendantes. La population mauricienne en a ras-le-bol d’un système archaïque. Elle en a assez avec des dinosaures et les dynasties.

Patrick Assirvaden, président du PTr

Patrick Assirvaden, président du PTr Patrick Assirvaden

Si Ravi Yerrigadoo avait un peu de décence, il aurait démissionné depuis lundi au lieu d’attendre d’être révoqué par le PM. Il y a beaucoup de ministres qui font l’objet d’allégations, mais Pravind Jugnauth ne peut tous les révoquer en raison de menaces. Or, pour Ravi Yerrigadoo, c’est différent, puisqu’il n’est pas un élu. C’est un gouvernement pourri. La population réclame des élections. Le PTr était le premier à avoir réclamé sa démission.

Yousuf Ali Azaree, avocat

Je crois que c’est raisonnable de step down. Si des allégations ont été faites à son encontre, et vu qu’il occupe un poste sensible lié à la justice, sa décision est raisonnable. Mais il est innocent jusqu’à preuve du contraire. Tout dépendra de l’enquête de l’ICAC qui déterminera si les allégations sont fondées. Il ne faut pas associer sa démission avec sa culpabilité.