Affaire bet365: Le scandale expliqué en 10 points

You can also highlight the text to listen to it.

Devant la tonne d’informations autour du “scandale Yerrigadoo”, il est facile de s’emmêler les pinceaux et de s’y perdre. Voici en dix points ce que vous devez comprendre.




Hussein Abdool Rahim (à dr.), en situation irrégulière, en Suisse en compagnie de Dick Kwan Tat (à g.) et Sylvio Sundanum pour l’ouverture de comptes bancaires.

Loading...

1. La Genèse

Hussein Abdool Rahim, parieur professionnel, rencontre Sylvio Sundanum, manager à Dry Cleaning, à la salle de sport en novembre 2016. Les deux hommes deviennent des amis et Hussein Abdool Rahim lui explique qu’il n’arrive pas à toucher ses gains sur le site bet365 car il traîne une affaire d’escroquerie. Sylvio Sundanum lui promet son aide. En retour, affirme Hussein Abdool Rahim, il doit aider à mettre des “undeclared funds” sur le circuit en abusant du site de jeux en ligne.

2. La rencontre avec Yerrigadoo.

Par l’entremise de Sylvio Sundanum, qui est l’ami de Ravi Yerrigadoo, Hussein Abdool Rahim rencontre l’Attorney General à son bureau pour la première fois, le 14 février 2017. Les deux hommes commencent à échanger des messages via WhatsApp. Hussein Abdool Rahim envoie alors ses relevés de comptes bancaires et des captures d’écran de bet365 à Ravi Yerrigadoo. Il rencontrera l'Attorney General une demi-douzaine de fois.

3. Le plan.

Hussein Abdool Rahim affirme que Dick Kwan Tat, un avocat financier, ami de l’Attorney General, Sylvio Sundanum et Ravi Yerrigadoo auraient décidé de monter une structure pour légitimiser les “undeclared funds” de Sylvio Sundanum.

4. Les “clean bets”.

Pour comprendre le plan, il faut savoir comment un joueur “clean” mise et touche ses gains. Cela se fait à travers des cartes prépayées, un service offert par plusieurs banques nationales et internationales. Une prepaid card peut être utilisée pour faire des transactions en ligne, des achats à des points de vente en magasin ou même des retraits bancaires à des ATM, sans que ces opérations n’apparaissent sur le relevé du compte principal du client. Le chemin inverse est aussi possible. Ainsi, le client peut demander à cash out sur sa carte prépayée et procéder aux retraits à un ATM. Pour tout cash out, bet365 envoie un reçu électronique à son client. Reçu qui peut évidemment servir de “proof of fund” quand l’argent retiré des ATM doit être versé dans des banques.

5. Le modus operandi.

Hussein Abdool Rahim ouvre un compte au nom de Sylvio Sundanum sur bet365 pour environ 10 000 euros. Le parieur, lui, a déjà le sien que Sylvio Sundanum crédite d’environ 10 000 euros aussi. L’idée des protagonistes : générer des activités “clean” sur le site pour familiariser des banques suisses et dubaïotes – où les deux hommes devront ouvrir des comptes – à leurs versements “clean”.